Publicité

Etoile de Bessèges: victoire en costaud du Français Axel Laurance, champion du monde espoirs en titre

Difficile de mieux lancer sa saison. Le Français Axel Laurance (Alpecin-Deceuninck), 22 ans et champion du monde espoirs en titre, s’est emparé du maillot corail de leader de l’Étoile de Bessèges grâce à sa victoire ce jeudi sur la deuxième étape, longue de 163,6 km entre Marguerittes et Rousson (Gard).

"Tout le monde m'attend"

"Sur les 50 derniers mètres, c'était horrible, mais bon, ça a tenu! Je voulais vraiment la gagner, l'équipe a fait un boulot fou toute la journée. Je devais gagner. A 150 mètres, je savais qu'il fallait être à bloc, ne pas s'arrêter. Ça fait du bien! Il y a forcément de la pression, tout le monde m'attend, c'est bien de confirmer tout de suite", a réagi auprès de la chaîne L'Equipe le jeune coureur breton, après ce premier succès en World Tour.

La première étape prévue mercredi autour de Bellegarde avait été annulée mardi soir à la demande de la Préfecture du Gard, en raison du "contexte social" lié au mouvement de colère des agriculteurs.

Dans un sprint en côte menant à la cime du Castellas, Laurance a devancé le Danois Mads Pedersen (Lidl Trek). Le Français Kévin Vauquelin (Arkéa-B&B Hôtels) complète le podium, à une seconde. Laurance est donc le premier leader de l’épreuve, avec quatre secondes d’avance sur Pedersen et sept sur Vauquelin au jeu des bonifications.

Après Bryan Coquard en 2022, un nouveau Français s'est donc imposé sur les hauteurs de Rousson, au sommet de cette côte non répertoriée de 1,6 km. Le leader d'Alpecin-Deceuninck, qui a vu trois de ses équipiers chuter au pied de la montée, a produit son effort à 150 mètres du but et a résisté au retour de Pedersen. Le Danois, grandissime favori de l'étape et de la course, est revenu dans la roue de Laurance mais il a calé sur la fin et a terminé 2e, comme en 2022.

Au classement général, les écarts sont déjà importants dans cette course qui se joue souvent pour quelques secondes. Les principaux favoris sont tout de même en embuscade, à commencer par les coureurs de Décathlon-AG2R, qui placent Benoît Cosnefroy (lauréat 2020), Axel Baudin et Aurélien Paret-Peintre dans le Top 10. Cela augure d'une course de mouvement vendredi lors de la 3e étape, qui se déroule autour de Bessèges sur des reliefs semi-montagneux. Il s'agit de la seule journée propice aux grimpeurs et aux puncheurs, avant un retour dans la plaine samedi et un contre-la-montre de 10,6 km à Alès dimanche.

Article original publié sur RMC Sport