États-Unis : une mère invente la maladie incurable de son enfant

·2 min de lecture
Un enfant a fait des années d'hôpitaux à cause de sa mère qui lui inventait des maladies

Pendant trois ans, une Américaine fait subir à son fils des procédures médicales dont ils n’avaient pas besoin. Mise en détention par la police, cette habitante de l'Arkansas aurait eu pour mobile d’attirer l’attention sur elle.

Kristy Schneider a adopté son fils en 2014. Entre 2017 et 2019, elle affirme que son enfant est atteint d’une maladie génétique incurable et demande des soins auprès de médecins, selon ABC7. Selon elle, il souffrirait notamment de problèmes cardiaques. Pour soulager de prétendues douleurs, elle lui donne donc de puissants narcotiques, en particulier de la morphine.

Kristy Schneider médiatise même son combat pour sauver son fils. Elle explique dans les moindres détails ses souffrances. Elle fait des appels aux dons et réussit à obtenir 32 000 dollars et de nombreux cadeaux. Toutefois le petit garçon se sent de mieux en mieux à l'hôpital. On demande à la mère d’arrêter les narcotiques, mais elle n’obéit pas.

Syndrome de Münchhausen

L’enfant est alors transféré dans un autre établissement et les médecins s’étonnent du comportement de la mère. Celle-ci demande notamment qu’on place un cathéter dans la poitrine de son fils. Des demandes qui diffèrent des besoins de l’enfant et qui poussent l’hôpital à signaler la mère aux autorités.

La police lui retire finalement sa garde en 2019. Une enquête a déterminé qu’elle souffrait du syndrome de Münchhausen par procuration, c’est-à-dire que son objectif était d’attirer l’attention sur elle en inventant de toutes pièces la maladie de son fils. Elle a été inculpée pour mise en danger de la vie d'un mineur. Le petit garçon, placé dans une famille d'accueil, marche à nouveau. Il a repris du poids et n’a plus besoin d’oxygène pour respirer.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles