Publicité

Aux Etats-Unis, une femme soigne ses TOC grâce à un implant cérébral inédit

Amber Pearson, une Américaine atteinte de TOC très sévères et d'épilepsie, a vu sa vie revenir à la normale grâce à un implant.

Se laver les mains jusqu'à en saigner, vérifier avec manie la fermeture des fenêtres, manger seule par peur d'être contaminée : la vie entière d'Amber Pearson était régie par ses TOC. Mais ce calvaire n'est plus qu'un mauvais souvenir grâce à un implant cérébral révolutionnaire.

Jusqu'à neuf heures par jour mobilisées pour les TOC

Cette Américaine de 34 ans est la première personne équipée d'un petit appareil de la taille d'un sparadrap à l'arrière de son cerveau, qui lui permet de réduire à la fois ses troubles obsessionnels compulsifs et ses crises d'épilepsie. Une innovation scientifique prometteuse qui a drastiquement changé son existence.

"Je suis vraiment présente dans ma vie quotidienne et c'est incroyable", explique à l'AFP la patiente, qui vit en Oregon, dans l'ouest des Etats-Unis. "Auparavant, j'étais constamment coincée dans ma tête, à me préoccuper de mes obsessions." Ses TOC très sévères pouvaient lui prendre "jusqu'à huit à neuf heures par jour" et l'isolaient socialement.

L'Américaine Amber Pearson, première personne au monde à avoir reçu un implant cérébral qui permet de réduire à la fois ses TOC et son épilepsie, à Portland le 23 janvier 2024 (AFP - Patrick T. Fallon)
L'Américaine Amber Pearson, première personne au monde à avoir reçu un implant cérébral qui permet de réduire à la fois ses TOC et son épilepsie, à Portland le 23 janvier 2024. Crédit : AFP - Patrick T. Fallon

Avant de se coucher, elle devait s'assurer que les portes et fenêtres étaient fermées, le gaz éteint et les appareils électriques débranchés. Terrorisée par l'idée d'être contaminée, elle se douchait à chaque fois qu'elle changeait la litière de son chat. Elle se lavait les mains tellement souvent que ses phalanges desséchées saignaient lorsqu'elle pliait les doigts. Et elle préférait souvent manger recluse plutôt qu'avec famille et amis. Désormais, ses TOC ne la mobilisent plus qu'une trentaine de minutes chaque jour.

Lire aussiTics : mieux les comprendre pour mieux les soigner

Impulsion électrique

L'implant de 32 millimètres envoie une impulsion électrique lorsqu'il détecte des réactions anormales dans son cerveau afin de rétablir son fonctionnement habituel. Cette techniq[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi