Les Etats-Unis étouffent sous la canicule

Une vague de chaleur a déjà causé la mort de trois personnes aux Etats-Unis alors que les températures pourraient encore monter dans les prochains jours.

Une vague de chaleur a déjà causé la mort de trois personnes aux Etats-Unis alors que les températures pourraient encore monter dans les prochains jours. 

Le début de week-end a été infernal dans une grande partie des Etats-Unis, confrontés à une canicule qui affecte 150 millions d'habitants et a déjà causé la mort de trois personnes, avec des températures atteignant les 38°C à New York et Washington.

Cette vague de chaleur s'étend des plaines du Mid West à la côte atlantique, selon le Service météorologique national américain. Elle devrait durer au moins jusqu'à dimanche soir.

Lire aussi :Réchauffement climatique : Qui sème le CO2 récolte la tempête

Deux des trois victimes sont mortes dans l'Etat du Maryland (est), près de Washington, en fin de semaine alors que la chaleur n'était pas encore à son maximum. Et en Arkansas, Mitch Petrus, ancien joueur de football américain de la NFL, a succombé jeudi à 32 ans alors qu'il travaillait dehors, à côté du magasin familial. Il est mort en raison d'une attaque due à la chaleur, selon le médecin légiste du comté de Pulaski.

Les températures ressenties pourraient atteindre les 45°C par endroits, a prévenu l'agence gouvernementale, qui diffusait des messages de prévention: rester hydraté, faire attention aux plus fragiles, limiter les activités en plein air et ne pas laisser d'animaux ou d'enfants dans les voitures.

Des alertes à la canicule ont été également lancées dans plusieurs régions de l'est du Canada. La ville de New York a ouvert 500 centres pour que les habitants puissent se rafraîchir. Dès vendredi, les enfants jouaient dans l'eau des fontaines publiques de la ville pour se rafraîchir. Le triathlon de New York, qui était prévu dimanche, a été annulé pour cause de "niveaux d'humidité et de température devant atteindre des niveaux extrêmes", peut-on lire sur son site internet. La course devait rassembler environ 4.000(...)


Lire la suite sur Paris Match