Etats-Unis : des écoles veulent se débarrasser du nom d’un explorateur français

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Sur cette gravure de Theodore de Bry, on peut voir les soldats du chef Outina combattant, avec les soldats de Jean Ribault, une tribu ennemie. (Illustration) 
Sur cette gravure de Theodore de Bry, on peut voir les soldats du chef Outina combattant, avec les soldats de Jean Ribault, une tribu ennemie. (Illustration)

Jean Ribault, qui a pris possession de la Floride en 1565, n'a plus la cote Outre-Atlantique. Le rectorat du comté de Jacksonville veut en effet rayer son nom du fronton de ses écoles, rapporte Le Figaro. Accusé de « marginalisation systémique et du massacre des peuples autochtones », Jean Ribault pourrait bien voir son nom disparaître au nom de la « cancel culture ».

Ce mouvement idéologique, qui prend de l'ampleur aux États-Unis, veut invisibiliser les personnalités controversées de l'Histoire. Jean Ribault était un explorateur français du XVIe siècle. Quand il est arrivé sur le continent américain, il a proclamé la Floride française au nom du roi Charles IX.

À LIRE AUSSIPhébé ? Le virus mental des campus, l'autre pandémie

La « discrimination » envers les Amérindiens

C'est Ashley Smith-Juarez qui est à l'origine de cette demande de débaptiser les deux établissements scolaires. La membre du conseil scolaire estime que Jean Ribault a joué un rôle dans la « discrimination » dont étaient et sont toujours l'objet les Amérindiens de la région.

Pour elle, revendiquer les terres des peuples autochtones au nom de la France n'est pas quelque chose que le comté devrait vouloir honorer. Cependant, les descendants de l'explorateur français ont déjà réagi. Ils ont écrit une tribune dans un journal local de Floride contestant cette demande.

À LIRE AUSSICancel culture : en Louisiane, l'école de la discorde

Un « contresens historique »

Yves de Montcheuil, l'un de ses descendants [...] Lire la suite