Essonne : un homme de 65 ans tabassé à mort par son locataire

Un homme de 35 ans est soupçonné d'avoir tué son logeur de 65 ans - Getty Images/fStop (Getty Images/fStop)

Un homme de 65 ans a été battu à mort dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 décembre. Le principal suspect du crime est son locataire qui, après avoir appelé les policiers, a été arrêté alors qu’il était en état d’ébriété.

Un simple différend peut parfois tourner au drame. C’est ce qui semble s’être produit dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 décembre à Vigneux-sur-Seine, dans l’Essonne, où un homme de 35 ans est soupçonné d’avoir tué le propriétaire de son logement, rapporte le site Actu17.fr. Le coupable présumé était passablement alcoolisé lorsqu’il a été arrêté par les policiers.

Il est environ 4 heures du matin lorsque la police du département de l’Essonne reçoit un appel inquiétant. Au bout du fil, un homme de 35 ans explique qu’il s'est disputé avec son propriétaire et que ce dernier a fait une chute. Mais lorsque les policiers arrivent sur place, la scène est plus violente que prévue. Effectivement au sol, la victime, un homme âgé de 65 ans, présente de graves blessures au crâne. Quant à l’homme qui les a prévenus, qui est aussi le locataire du sexagénaire, il est couvert de sang.

Le suspect placé en garde à vue

Les policiers se livrent donc immédiatement aux premiers secours au blessé, notamment un massage cardiaque. À leur arrivée, les sapeurs-pompiers et les secouristes du SAMU prennent le relais. Mais il est trop tard, il n’y a plus rien à faire. Les blessures de l’homme sont trop importantes, il est déclaré mort sur place. Les fonctionnaires de police réalisent donc les constatations d’usage dans ce genre de situation. Leur attention se tourne ensuite vers le locataire. En plus du sang qui macule ses vêtements, ce ressortissant algérien en situation irrégulière sur le territoire français est aussi en état d’ébriété.

L’homme est donc placé en cellule de dégrisement dans le cadre de l’enquête ouverte pour homicide volontaire. Celle-ci a été confiée aux enquêteurs de la sûreté départementale. D’après les informations de nos confrères, ils devraient interroger le suspect dans la journée de mardi lorsque son niveau d’alcoolémie, évalué à 1,80 g d’alcool par litre de sang, sera revenu à la normale.

VIDÉO - Violences à Mayotte : au cœur d'un des plus grands bidonvilles de France