Publicité

Une espèce de taupe dorée, disparue depuis 1936, repérée grâce à son ADN

La taupe dorée de De Winton, dont la présence n'a plus été documentée par des chercheurs depuis 1936, a été retrouvée dans une ville côtière sud-africaine.

La trace de la taupe dorée de De Winton (Cryptochloris wintoni) avait été perdue par la communauté scientifique depuis 1936. Mais grâce à l'analyse de l'ADN environnemental, elle a été retrouvée.

ADN environnemental et chien de détection

Cette espèce - dont les poils ne sont pas dorés mais irisés - était considérée jusqu'à maintenant comme en danger critique d'extinction, voire potentiellement éteinte. Endémique de Port Nolloth, dans l'ouest de l'Afrique du Sud, son existence dans la ville côtière a été bouleversée par l'exploitation des diamants alluviaux. C'est ici qu'elle a été vue pour la dernière fois, en 1936. Inscrite sur la liste des espèces disparues les plus recherchées, elle a bénéficié de l'obstination d'une poignée de chercheurs de l'organisation Endangered Wildlife Trust (EWT) et de l'Université de Pretoria, bien décidés à la retrouver.

Pour repérer cette discrète taupe, vivant dans des terriers et capable de "nager" dans le sable, ils ont surtout utilisé l'ADN environnemental, soit de l'ADN que les animaux laissent derrière eux (notamment sous forme de cellules de peau, de poils, d'urine ou encore de sang) et qui peut persister plus ou moins longtemps dans le milieu. Ils ont aussi fait appel à une chienne, Jessie, spécialement dressée pour sentir les taupes dorées, car celle de De Winton fait partie d'une famille de 21 espèces connues. L'animal était donc capable de conduire les scientifiques sur des pistes fraîches.

Mais alors que des traces indiquaient clairement la présence d'un tel mammifère à Port Nolloth, le canidé n'a pas marqué la zone. Loin de décevoir les chercheurs, ce comportement les a intéressés : les données concernant la taupe dorée de De Winton manquant alors, Jessie n'avait pas pu apprendre son odeur. Mieux encore : ils ont vu une taupe dorée ! "Nous l'avons trouvée en aplatissant certaines des crêtes surélevées des tunnels présents sur la plage, puis en surveillant ensuite les éventuels mouvements, explique à Sciences et Avenir la d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi