Eric Zemmour accuse le gouvernement d'un "coup" contre son directeur de campagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Le candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, le 14 janvier 2022 à Honnecourt-sur-Escaut, dans le Nord - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Le candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, le 14 janvier 2022 à Honnecourt-sur-Escaut, dans le Nord - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Eric Zemmour a accusé ce dimanche le gouvernement d'avoir fait un "coup" contre son directeur de campagne, le général Bertrand de la Chesnais, dont le ministère des Armées réclame qu'il "demande lui-même à être placé à la retraite".

La ministre des Armées Florence Parly "instrumentalise sans vergogne notre armée à des fins politiciennes. Elle se sert d'elle pour en faire un énième coup politique contre un candidat à l'élection présidentielle", écrit le candidat d'extrême droite dans un communiqué. 876450610001_6292794069001

Selon Eric Zemmour, "cette demande de démission et de mise en retraite d'un officier général en 2e section (les généraux de deuxième section -"2S"- ne font plus partie de l'armée active mais sont toujours susceptibles d'être rappelés, ndlr) crée un précédent".

"Discrétion et réserve (...) sont mises en question"

Eric Zemmour observe dans son communiqué que la députée LREM Laetitia Saint-Paul est capitaine de l'armée de terre. Il cite également plusieurs officiers "2S" de différents partis ayant des mandats politiques, et rappelle que Bertrand de la Chesnais avait été candidat aux municipales de Carpentras (Vaucluse), où il est aujourd'hui élu, sans s'être attiré à l'époque d'observations.

Mais pour le ministère, "dans le contexte d'une campagne électorale, dans la position qui est la sienne, c'est-à-dire un directeur de campagne d'un candidat à l'élection présidentielle, nous considérons que cette discrétion et cette réserve, qui sont attachées au statut militaire, sont mises en question", a expliqué le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean, lors d'un point presse jeudi.

Le porte-parole a indiqué que l'armée avait écrit début janvier à Bertrand de la Chesnais pour lui demander "de mettre en cohérence son statut avec son engagement politique, c'est-à-dire qu'il demande lui-même à être placé à la retraite".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles