Publicité

EPR de Flamanville : le chargement du combustible repoussé à « mi-avril » au minimum

Si le réacteur EPR de Flamanville entre en service à l'été 2024, il aura 12 ans de retard sur le calendrier prévu.  - Credit:Rob Arnold/LNP/Shutters/Arnold/LNP/Shutters/SIPA
Si le réacteur EPR de Flamanville entre en service à l'été 2024, il aura 12 ans de retard sur le calendrier prévu. - Credit:Rob Arnold/LNP/Shutters/Arnold/LNP/Shutters/SIPA

Après douze ans de retard, que sont deux ou trois semaines supplémentaires ? Le chargement du combustible du réacteur EPR de Flamanville d'EDF, un chantier marqué par des déboires à répétition, est repoussé à mi-avril au moins au lieu du 31 mars comme initialement prévu par le groupe électricien, a indiqué mardi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

« L'ASN va lancer dans les prochains jours la consultation sur le projet de décision de mise en service, c'est-à-dire qu'on va le soumettre aux commentaires du public pendant au moins 15 jours […], voire 3 semaines, et à l'issue l'ASN prendra la décision de mise en service », a expliqué l'autorité de sûreté à l'AFP, confirmant des informations des Échos.

À LIRE AUSSI Nucléaire : le site de construction du premier SMR suscite le débat « Effectivement, ça nous repousse à mi-avril », a ajouté le porte-parole en référence à la décision de mise en service, « un préalable » pour qu'EDF puisse charger les barres de combustible nucléaire dans le réacteur. Compte tenu des « délais incompressibles » de cette consultation, le chargement du combustible, jalon clé pour le démarrage du réacteur, ne pourra donc pas intervenir avant « mi-avril », a estimé l'ASN.

À cette date, le délai de mise en service de l'installation, fixé au 10 avril dans le décret d'autorisation de création, sera expiré mais cela est « sans conséquence immédiate », et « n'empêche pas l'ASN d'autoriser la mise en service du réacteur », expliquait mi-mars l'A [...] Lire la suite