Épinay-sur-Seine : les forces de l'ordre prises à partie dans la nuit, trois interpellations

Mélanie Vecchio
·2 min de lecture

Le syndicat Unité SGP Police 93 évoque des "tirs de mortiers" et dénonce "une nouvelle nuit de violences urbaines".

De nouvelles violences urbaines ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi à Épinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis. Peu avant minuit, une vingtaine d'individus ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre qui ont vu deux de leurs véhicules endommagés. Selon une source policière à BFMTV, aucun blessé n'est à déplorer mais trois personnes ont été interpellées.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des tensions répétées

Ces faits interviennent dans un contexte de tensions répétées ces dernières semaines. Le 9 avril, une patrouille de police a été la cible de tirs de mortiers et de jets de projectiles en provenance de toits d'immeubles, rapporte une source policière à BFMTV. Si les auteurs sont parvenus à s'enfuir, les forces de l'ordre avaient retrouvé dans les parties communes des mortiers d'artifice et des morceaux de parpaings.

Mardi 13 avril, les pompiers étaient intervenus en pleine nuit pour un feu de poubelles et la mise en place d'une barricade. Dépêchés sur place pour sécuriser l'intervention des pompiers, des policiers avaient là encore été victimes de jets de projectiles. Si aucune interpellation n'avait été réalisée, une dizaine de personne avaient été contrôlées lors d’une opération de sécurisation menée à l’issue de ces incidents.   

Enfin, dans la nuit de mercredi à jeudi, des photos de policiers provenant de Facebook et mentionnant leurs noms et prénoms ont été découvertes, placardées sur les murs dans un hall d'immeuble et mentionnant leurs noms et prénoms. Jeudi, lors d'une séance à l'Assemblée nationale pour le vote du projet de loi sécurité globale, le ministre de l'Intérieur avait vivement condamné ces actes, qualifiés de "menaces clairement établies".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

De son côté, la préfecture avait indiqué que le préfet de police et les policiers allaient déposer plainte après cette découverte.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :