Environnement. Au Sri Lanka, le porte-conteneurs pollueur poursuivi en justice

·1 min de lecture

Le propriétaire et l’équipage du navire singapourien en feu depuis le 20 mai sont sous le coup d’une enquête criminelle. Des tonnes de matières plastiques ont été ramassées sur les plages de la région de Colombo.

L’heure de vérité a sonné pour le X-Press Pearl, ce porte-conteneurs en détresse depuis le 20 mai au large de Colombo, la capitale du Sri Lanka. “Les 25 membres d’équipage ont terminé leur quarantaine dimanche 30 mai et vont maintenant être interrogés par la police”, indique le Daily News dans son édition de lundi 31 mai. Le Sri Lanka a décidé de poursuivre en justice les propriétaires du bâtiment battant pavillon singapourien, dont la cargaison, qui était composée de 25 tonnes d’acide nitrique et d’une grande quantité de composants en plastique, brûle depuis maintenant onze jours.

À lire aussi: Pollution. Au large du Sri Lanka, un porte-conteneurs en feu fait craindre une catastrophe environnementale

Une enquête criminelle a d’ores et déjà été ouverte face à ce que les experts considèrent sur place comme la plus grave pollution de tous les temps dans la petite île de l’océan Indien. “L’Autorité sri-lankaise de protection de l’environnement marin (MEPA) a déposé plainte il y a une semaine”, considérant que l’incendie qui a ravagé le navire de 186 mètres de long, “ancré à 9 miles nautiques du port de commerce de Colombo”, a causé des dommages terribles sur la côte et dans la mer.

En pleine zone de pêche

“Le commandant de la marine nationale, le vice-amiral Ulugetenne, assure que le risque de naufrage du navire et de fuite de pétrole a été écarté”, mais des dispositions ont dû être prises pour protéger le rivage. Et le Premier ministre, Mahinda Rajapaksa, n’a eu d’autre choix que d’annoncer “une aide compensatoire d’urgence au bénéfice des pêcheurs”, qui se retrouvent au chômage

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :