Publicité

Une entreprise s'apprête à tenter le premier alunissage américain depuis Apollo

L'alunisseur Nova-C transporte notamment des instruments scientifiques de la Nasa. L'alunissage est programmé à 16h30 heure de Houston.

Crash, ou atterrissage en douceur ? L'entreprise texane Intuitive Machines tentera le 22 février 2024 de réaliser le premier alunissage d'une sonde américaine depuis plus de 50 ans, et de devenir dans le même temps la première société privée à réussir la manoeuvre.

Une descente automatisée

L'alunissage est désormais programmé à 16h30 heure de Houston, au Texas, où est installée la salle de contrôle d'Intuitive Machines (22h30 GMT). Il pourra être suivi en direct sur le site internet de l'entreprise. L'alunisseur Nova-C, qui transporte notamment des instruments scientifiques de la Nasa, mesure un peu plus de quatre mètres de haut. Il a décollé la semaine dernière de Floride et est entré en orbite lunaire le 21 février.

Il évolue depuis à 92 km au-dessus de la surface de la Lune, et est toujours "en excellente santé", a déclaré l'entreprise. La descente, entièrement automatisée, sera amorcée environ une heure avant le moment de l'atterrissage. Des caméras et lasers lui permettront de se guider en temps réel. A 30 mètres d'altitude, la descente finale, à la verticale, commencera. C'est à ce moment qu'un petit engin équipé de caméras, développé par l'université d'aéronautique Embry-Riddle, sera éjecté de l'alunisseur pour capturer de l'extérieur le grand moment.

L'alunisseur Nova-C Odysseus (AFP - Gal ROMA, Valentina BRESCHI)
L'alunisseur Nova-C Odysseus. Crédit : AFP - Gal ROMA, Valentina BRESCHI

En utilisant son moteur, Nova-C devra réduire sa vitesse de 1.800 mètres par seconde à un mètre par seconde au moment où ses six pieds toucheront le sol. Un succès marquerait non seulement une étape majeure pour le secteur spatial privé, mais aussi le premier atterrissage d'une sonde américaine sur la Lune depuis la fin du mythique programme Apollo, en 1972.

L'Inde et le Japon ont récemment réussi à s'y poser grâce à leurs agences spatiales nationales, devenant les quatrième et cinquième pays à le faire, après l'Union soviétique, les Etats-Unis et la Chine. Mais plusieurs entreprises - israélienne, japonaise et américaine - ont échoué à r[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi