Entrée de Joséphine Baker au Panthéon : comment la décision a été prise

·1 min de lecture

Ils sont tous là, ce mercredi 21 juillet, dans le bureau du Président : l'essayiste Laurent Kupferman, l'entrepreneuse Jennifer Guesdon-Plessis, le chanteur Laurent Voulzy, le philosophe Pascal Bruckner, et même l'un des fils de Joséphine Baker, Brian Bouillon-Baker. Tous sont membres du comité de soutien à la panthéonisation de l'artiste franco-américaine, qui faisait passer des renseignements aux services secrets pendant la Seconde Guerre mondiale, dissimulés à l'encre sympathique dans ses partitions. Après avoir expliqué tour à tour pourquoi, selon eux, Joséphine Baker devrait entrer au Panthéon, "le Président nous a dit : 'J'ai pris ma décision, et je peux vous dire que Joséphine Baker au Panthéon, ça va avoir de la gueule'", se souvient Brian Bouillon-Baker. L'artiste fera son entrée sous la coupole le 30 novembre.

Faire entrer sa mère au Panthéon n'a jamais été son idée, jure-t-il : "Dans la famille, on ne se sentait pas légitimes pour le proposer nous-mêmes." C'est début avril que Laurent Kupferman et Jennifer Guesdon-Plessis le contactent à propos de la pétition qu'ils ont initiée, qui s'inspire d'une tribune publiée en 2013 dans Le Monde par le philosophe Régis Debray en défense de la panthéonisation de Joséphine Baker. "J'avais trouvé l'idée à la fois juste et lumineuse, j'ai voulu la reprendre", raconte Laurent Kupferman. A l'époque, les talk-shows et les émissions de radio s'emparent du sujet. Quand François Hollande annonce la panthéonisation des résistants Gen...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles