Publicité

"Ses membres étaient noirs et momifiés" : une enseignante amputée à cause d'une septicémie

Cette Américaine de 51 ans pensait souffrir d'un simple rhume. Elle a été victime d'une septicémie qui a conduit à une amputation.

Une enseignante d'un lycée du Texas a contracté une septicémie (Getty Images)

Elle pensait avoir un rhume. En avril dernier, une enseignante américaine de 51 ans a commencé à ressentir une douleur dans sa gorge alors qu'elle était en voyage scolaire. Sans s'inquiéter, elle a alors pensé souffrir d'un simple rhume. Mais ses symptômes se sont rapidement aggravés. En quelques jours, elle était fatiguée, vomissait et avait une forte fièvre, qui s'est ensuite transformée en difficultés respiratoires, raconte le Daily Mail.

Elle a été conduite à l'hôpital par son mari et a découvert qu'elle souffrait d'une double pneumonie. Mais, cela a conduit à une septicémie. Comme l'explique l'Institut Pasteur, le sepsis est considéré comme un dysfonctionnement d'organes potentiellement mortel, résultant d’une réponse dérégulée de l'hôte à l'infection, et dont la forme la plus grave est le choc septique.

"Je suis très forte mentalement"

"J'ai vite compris que nous étions dans une situation grave", se souvient son mari. Rapidement, ses poumons et ses reins ont commencé à s'arrêter de fonctionner et sa tension artérielle a chuté. Elle a été placée dans un coma artificiel pour recevoir certains médicaments. À cause d'une mauvaise circulation sanguine, ses extrémités ont changé de couleur raconte son mari. "J'ai littéralement vu les pieds et les mains de ma femme mourir. Ils étaient noirs et momifiés."

À LIRE AUSSI >> À cause d’une infection des sinus, elle repart de l’hôpital avec “la moitié” de son crâne

Le mois suivant, la patiente a été amputée des deux jambes sous le genou puis des bras, sous le coude, un mois plus tard à cause de la septicémie. Aujourd'hui, l'enseignante utilise un fauteuil roulant électrique pour se déplacer en attendant de recevoir des prothèses. "Je suis très forte mentalement. J'ai fait le choix d'être heureuse. Mais, cela ne veut pas dire que je ne fais pas de dépression de temps en temps et que je ne pleure pas un peu parfois. Je fais tout pour que cela ne dure pas longtemps."

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Ces médicaments contre le rhume peuvent provoquer des AVC. En tant que médecin, je n’en prescris pas"