Publicité

ENQUETE. A la recherche des causes du Covid long, entre souffrance des patients et conflits scientifiques

L'adage populaire veut que les bœufs soient mis avant la charrue. Mais lorsque la souffrance des patients atteints de Covid long impose une prise en charge médicale rapide, impossible d'attendre que la recherche ait commencé par en élucider les mécanismes. Dans ce contexte mêlant urgence et incertitudes, l'importance de l'aspect psychosomatique du Covid long divise les experts.

La pandémie de Covid-19 semble s'éloigner, mais le Covid long, lui, reste… Un mystère, tel un puzzle dont le juste assemblement des pièces n'aurait pas encore été démontré. "Tout a été détruit par cette maladie, je suis bloqué à la maison, je n’ai plus mon autonomie", témoigne Matthieu Lestage, atteint de Covid long et porte-parole de l'association de patients dédiée AprèsJ20. Pourquoi ces patients continuent-ils à souffrir notamment d'essoufflement, de confusion mentale ou d'épuisement, des mois voire des années après leur infection par le virus du Covid-19 ? Derrière le combat des patients pour faire reconnaître leur souffrance par les autorités de santé, la communauté de chercheurs et médecins explorant le sujet est divisée sur la cause de leur souffrance, et la prise en charge qui les soulagerait.

Les troubles somatiques fonctionnels, ou l'école du "psychosomatique"

Une guerre de tranchées révélant presque autant d'hypothèses sur l'origine du Covid long qu'il n'y a d'experts, tant l'enjeu est grand, les études nombreuses et hétérogènes et le consensus en suspens. Scientifiques et médecins savent qu'il existe des causes physiologiques et mesurables au Covid long, mais personne ne sait encore définir précisément lesquelles, ni les détecter de façon fiable chez les patients. Mais la scission majeure sépare ceux qui pensent que ces dysfonctions dues à l'infection virale restent la cause directe des symptômes du Covid long, même après des années, et ceux pour qui ces dysfonctionnements ont changé de forme avec le temps et finissent par se maintenir uniquement en raison de l'état psychologique du patient. Pour ces derniers, la maladie s'ajoute à la longue liste des troubles somatiques fonctionnels (TSF) déclenchés par une infection virale, avec le syndrome de fatigue chronique ou la maladie de Lyme. "Souffrir d'un TSF ne veut pas dire que la maladie n'existe que dans la tête des patients, mais que les symptômes dus au virus et le stress associé ont induit un condition[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi