ENQUETE. Brésil : les sales affaires des trois fils du président Jair Bolsonaro

·1 min de lecture

Lorsqu'elle a commencé à enquêter sur Jair Bolsonaro pour la revue brésilienne Piauí, en 2016, alors qu'il n'était pas encore candidat à la présidence, la journaliste Consuelo Dieguez ne s'attendait pas à tomber au détour d'un couloir sur un autre Bolsonaro : Eduardo, ou Bolsonarinho ("petit Bolsonaro") pour les intimes, troisième fils du patriarche, également connu sous l'appellation de "Zéro Trois" – l'ex-capitaine d'artillerie désigne ses enfants par un numéro, une coutume issue de l'armée. À 30 ans, le rejeton venait d'être élu député fédéral de São Paulo aux côtés de son géniteur, qui représentait la circonscription de Rio de Janeiro.

"Bolsonaro marchait au Congrès avec son fils à ses côtés comme s'il était sous haute protection, s'étonne-t‑elle encore. L'entretien s'est déroulé non pas dans son bureau mais dans celui d'Eduardo. Beaucoup de politiques brésiliens ont lancé leurs enfants auprès d'eux, mais de cette manière, c'est inédit. Les autres avaient une certaine indépendance par rapport à leurs parents… Ils n'étaient pas collés à eux vingt-quatre heures sur vingt-quatre comme Zéro Trois derrière son père, tel un soldat."

L'importante ingérence des trois fils Bolsonaro

Comme Eduardo Bolsonaro, Flávio ("Zéro Un"), sénateur et ex-député de Rio de Janeiro de 39 ans, et Carlos ("Zéro Deux"), conseiller municipal de Rio de Janeiro de 38 ans, jouent le rôle de bouclier, chacun dans son domaine. "Eduardo est chargé des relations internationales, Carlos, de la communication,...


Lire la suite sur LeJDD