Enquête ouverte après les images d'une députée insoumise jetée au sol par un policier

·2 min de lecture

Après la diffusion d'images où un policier jette au sol une députée LFI, une enquête pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" a été ouverte vendredi par le parquet de Paris.

Une enquête est ouverte pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" après qu'un policier a été filmé jetant au sol la députée LFI Bénédicte Taurine lors d'une manifestation d'agriculteurs jeudi au siège parisien de Pôle Emploi, a indiqué le parquet de Paris vendredi.
Cette enquête, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), aura pour but "notamment de déterminer avec exactitude les circonstances des faits au regard du contexte général de l'intervention des forces de l'ordre", a souligné le parquet.

LFI demande "une condamnation claire"

La France insoumise avait réclamé "une condamnation claire" de la part du gouvernement et "des poursuites" contre ce policier filmé jetant au sol la députée LFI Bénédicte Taurine. Les images diffusées sur BFMTV et les réseaux sociaux montrent la députée de l'Ariège, ceinte de son écharpe tricolore, ballotée dans une bousculade devant le bâtiment, puis un policier placé derrière elle qui la saisit dans le dos et la jette au sol.

La France insoumise a demandé au gouvernement dans la soirée, via un communiqué, "une condamnation claire de cet acte et des poursuites vis-à-vis ce fonctionnaire de police".
"Il y en a qui disent que 'le problème de la police, c'est la justice'. Il y en a qui espèrent qu'une manifestation fasse tomber 'les digues de la loi et de la Constitution'. Il y en a pour qui une élue en écharpe tricolore ne représente rien. Y-a-t-il un pilote à l'Intérieur?", a demandé le numéro deux de LFI Adrien Quatennens vendredi sur Twitter, en faisant référence aux mots d'ordre de la manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale le 19 mai.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un "silence assourdissant de Richard Ferrand et Emmanuel Macron" 

"Glaçant", a tweeté le député LFI Alexis Corbière à propos des images, reprenant le mot utilisé par la candidate socialiste aux régionales Audrey Pulvar pour qualifier la manifestation de policiers et qui avait déclenché une polémique avec le ministre de l'Intérieur.
La principale intéressée, Bénédicte Taurine, a déploré de son côté un "silence assourdissant de Richard Ferrand et Emmanuel Macron". 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le président de l'Assemblée nationale a cependant demandé au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin "des éclaircissements nécessaires à cet évènement" dans un courrier dont l'Agence France-Presse (AFP) a eu connaissance. Richard Ferrand précise que la députée ceinte de son écharpe tricolore y est "aisément identifiable".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles