«Enfant» à corps perdu

Le spectacle Enfant, en ouverture du Festival, commence par un geste chorégraphique du public, un flashmob. Applaudissant à la lecture d’un texte du Syndeac, qui pointe l’état pour le moins délétère du spectacle vivant, les spectateurs se sont ensuite retournés en direction du ministre, l’ovation se transformant en bronca, pas méchante. Puis silence. Sur la scène de la Cour d’honneur, deux machines à «agir» les corps sont entrées en action l’une après l’autre.

Elles avaient déjà oeuvré dans une précédente pièce de Boris Charmatz, artiste associé à cette 65e édition. Trois danseurs de la compagnie sont traînés, posés, enlevés, suspendus. Ils ne font rien, qu’être manipulés par une première machine girafe à laquelle on s’attache, et qui parle en cliquetis de ferraille. La seconde a le rythme d’une fornication rapide et secoue les corps à même un plateau qui branle.

Grappes. Après ce premier mouvement, où la volonté physique du danseur abdique au profit du simple plaisir d’être manipulé, les neuf interprètes arrivent avec chacun un enfant dans les bras. Ils sont 27 bambins, de 6 à 12 ans, à avoir travaillé à Rennes où Boris Charmatz dirige le Musée de la danse-centre chorégraphique national. Comme dans les bras de Morphée, ils sont aussi agis par les adultes. Tout de noir vêtus pour mieux laisser apparaître les morceaux de peau, ils se laissent faire, abandonnés, amorphes. Ils n’en souffrent nullement.

La douceur de (ne) rien faire, rien décider, dormir ou faire semblant, juste pour le plaisir d’être transportés, dans les bras, sur les épaules de pédophores. Et puis être couchés. Il y a beaucoup de sensualité, de douceur, de toucher délicat, de gestes tendres, prévenants, dans cette deuxième séquence qui occupe l’espace sans le saturer. Boris Charmatz sait prendre les bonnes distances.

Nouveau mouvement : une autre grappe d’enfants vient rejoindre la première pour inverser les rôles. Cette fois, ce sont les adultes qui sont manipulés, avec beaucoup moins de (...) Lire la suite sur Liberation.fr

«Sur scène, les enfants procurent des vertiges»
«Matière» tendre
L’appel de la nature
Suicidé mode d’emploi
Jan Karski, horreur en huis clos

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.