Publicité

Endométriose : « J’avais l’impression qu’on m’enfonçait des couteaux dans le ventre »

Lou-Anne, trentenaire originaire de Normandie, est atteinte d'endométriose.  - Credit:informatique373
Lou-Anne, trentenaire originaire de Normandie, est atteinte d'endométriose. - Credit:informatique373

« J'avais l'impression que c'était moi, le problème, que c'était dans ma tête. » Lou-Anne, trentenaire originaire de Normandie, est atteinte d'endométriose. Une maladie peu connue du grand public bien qu'elle touche une femme sur dix en France. Elle fera l'objet d'une table ronde au Futurapolis Planète, ce samedi.

Diagnostiquée à « 25 ou 26 ans », Lou-Anne a passé plus de dix ans « dans le brouillard ». « Mes premiers maux de ventre sont apparus au collège. Avant même mes premières règles », se remémore-t-elle. Des douleurs si puissantes qu'elle était « régulièrement absente. On pensait que j'étais une élève pas sérieuse, pas fiable ».

« Les médecins ne savaient pas ce que j'avais »

Malgré une batterie d'examens, aucun diagnostic n'est posé. « On me disait souvent : “Ça doit être dans ta tête ou ça doit être le stress des examens.” » Pourtant, plus Lou-Anne grandit, plus les douleurs s'intensifient. « Quand elles étaient vraiment très intenses, j'avais l'impression qu'on m'enfonçait des couteaux dans le ventre. »

Jeune adulte, elle perçoit une différence entre elle et ses amies : « J'avais l'impression d'être quelqu'un de faible. Je ne comprenais pas pourquoi, par rapport à mes copines qui avaient l'air d'aller toujours bien, j'avais l'impression d'avoir tout le temps un problème. »

À LIRE AUSSI L'endométriose, après le déni place à l'actionC'est en discutant avec une amie, elle-même atteinte d'endométriose, que Lou-Anne trouve l'espoir : « Elle m'a dit de cher [...] Lire la suite