Publicité

Emmanuel Macron et Rishi Sunak s’allient pour freiner l’immigration illégale dans la Manche

IMMIGRATION - Le sujet est source de tension entre les deux pays. Lors du sommet franco-britannique qui se tenait à Paris ce vendredi 10 mars – le premier depuis cinq ans – Rishi Sunak et Emmanuel Macron ont noué un nouvel accord pour mettre un frein à l’immigration illégale depuis la France.

Le Premier ministre britannique et le président de la République ont donné une conférence de presse conjointe pour faire part des décisions prises. « Nous annonçons un nouveau centre de détention dans le nord de la France, un nouveau centre de commandement réunissant pour la première fois nos équipes (...) et 500 nouveaux agents supplémentaires patrouillant sur les plages françaises », a détaillé Rishi Sunak. Davantage de drones et d’autres technologies de surveillance compléteront le dispositif « pour augmenter le taux d’interception », a-t-il également indiqué, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Un communiqué diffusé à l’issue du sommet précise également une augmentation du financement côté britannique, avec plus de 500 millions d’euros sur trois ans : « Au cours des trois prochaines années, la contribution du Royaume-Uni sera de 141 millions d’euros en 2023-24, 191 millions d’euros en 2024-25 et 209 millions d’euros en 2025-2026 ».

46 000 traversées illégales en 2022

Emmanuel Macron a salué « un moment de retrouvailles, de reconnexion et de nouveau départ » en faisant valoir que les deux pays voulaient « avancer de concert » dans la lutte contre l’immigration irrégulière tout en ayant « conscience des enjeux humains » et de « l’extrême sensibilité de ces sujets ».

Il a rappelé qu’en 2022, « plus de 1 300 traversées d’embarcations de fortune » avaient été « empêchées », 55 filières de criminalité organisée démantelées, « grâce au travail de la cellule de renseignement conjointe franco-britannique ». À l’inverse, près de 46 000 migrants ont pu faire la traversée illégalement l’an passé, selon les calculs de l’AFP.

Les deux pays avaient signé mi-novembre un nouvel accord pour lutter ensemble contre les traversées de migrants de la Manche. Mais le financement était prévu jusqu’en 2023 seulement.

À voir également sur Le HuffPost :

Au Royaume-Uni, Gary Lineker compare le projet de loi immigration à « l’Allemagne nazie »

Au Royaume-Uni, Suella Braverman assume de « repousser » le droit international pour sa loi immigration