Emmanuel Macron rend hommage à Daniel Cordier, ce « Français libre »

Source AFP
·1 min de lecture
« Il avait en lui une part du roman national (...) Le goût de l'action et du dépassement. Une bravoure impétueuse, une soif d'absolu ». (Illustration)
« Il avait en lui une part du roman national (...) Le goût de l'action et du dépassement. Une bravoure impétueuse, une soif d'absolu ». (Illustration)

C'était « un Français libre, amoureux d'une France sans chaînes ». Emmanuel Macron a salué, jeudi 26 novembre, la mémoire de l'ancien résistant Daniel Cordier, à l'occasion d'un hommage national six jours après son décès à l'âge de 100 ans. Dans la cour de l'hôtel des Invalides, le chef de l'État a présidé la cérémonie militaire en présence d'une trentaine d'invités seulement en raison de la crise du Covid-19.

Parmi eux figurait Hubert Germain qui, à 100 ans, est le dernier des 1 038 compagnons de la Libération encore en vie après le décès de Daniel Cordier. À la fin de son discours de 15 minutes, Emmanuel Macron s'est adressé au centenaire, en fauteuil roulant et portant le béret vert de la Légion étrangère : « Je compte sur vous. Et, vous le savez, vous ne serez jamais seul. »

Auparavant, le chef de l'État est revenu sur la longue vie de Daniel Cordier, qui « a toujours agi par amour » : « L'amour de la patrie où se mêle le passé, la terre et le goût de l'universel ; l'amour de la liberté qui justifie de prendre tous les risques ; l'amour du beau qui le conduisit à révéler tant d'artistes ; l'amour de la vérité qui lui fit écrire l'Histoire. »

Lire aussi Résistance ? L'entreprise Cordier

Sa vie fut « un roman d'aventures »

« La vie de Daniel Cordier est un roman d'aventures », a-t-il résumé. « Il avait en lui une part du roman national. [?] Le goût de l'action et du dépassement. Une bravoure impétueuse, une soif d'absolu. »

Emmanuel Macron, qui a rencontré à p [...] Lire la suite