Publicité

Emmanuel Macron prêt à revenir dans l'arène

Avant d’arpenter ce samedi les allées du Salon de l’Agriculture, c’est un président Macron visiblement dans les starting-blocks qui a fait un tour de chauffe mardi au marché de Rungis. Doudoune blanche sur le dos, il a défendu sa réforme des retraites en appelant tout le monde au « bon sens ». « Il faut travailler plus longtemps. Ce n’est pas vrai qu’on peut garder les mêmes âges de départ » a-t-il argumenté avec ferveur. Las, le bon sens, les Français l’ont chevillé au corps et les harangues présidentielles, mâtinées d’un lourd clin d’œil à « ceux qui se lèvent tôt », ne fonctionnent pas vraiment.

À lire aussi ​ Macron : un président empêché

Les Français ont de la mémoire

La preuve par les sondages qui révèlent tous la même fracture : le soutien au mouvement de contestation de la réforme, se maintient à un niveau très élevé aux environs de 65%. Doublé d’un autre signal clair : ceux qui pensent qu’une réforme est toujours nécessaire sont de moins en moins nombreux, tant les errements du débat à l’Assemblée nationale ont égaré les plus motivés d’entre eux. N’oublions pas que les Français ont de la mémoire ! En 2017 le président fraîchement élu dénonçait dans une interview à France 2, l’idée de décaler l’âge de départ en retraite car, je le cite : « quand vous avez commencé à travailler à 16 ans, si je vous décale votre âge de départ à la retraite, alors même que généralement quand vous avez commencé à 16 ans, vous avez moins de diplômes, vous êtes dans des métiers...


Lire la suite sur ParisMatch