Publicité

Emmanuel Macron, le président qui n’a pas d’amis

Emmanuel Macron a peu d'amis en réalité.  - Credit:THAIER AL-SUDANI / X90151 / REUTERS
Emmanuel Macron a peu d'amis en réalité. - Credit:THAIER AL-SUDANI / X90151 / REUTERS

Un proche d'Emmanuel Macron, aujourd'hui en froid avec lui, avait coutume à son propos d'énoncer la sentence suivante : « On ne comprend rien au président si on n'intègre pas qu'il ne déteste personne et qu'il n'aime personne, à part Brigitte, côté cœur, et Alexis Kohler, pour la partie boulot. » Chef de l'État, animal froid ? Est-on condamné, après quelques années au sommet du pouvoir, à voir l'oxygène se raréfier et les fidèles s'égayer ?

La disparition ce 25 novembre de Gérard Collomb, qui fut l'un des premiers grognards d'Emmanuel Macron, l'un des tout premiers à croire en ce jeune homme venu de nulle part, a fait rejaillir l'image d'un chef de l'État solitaire qui peine à entretenir ses fidélités politiques, faute de temps comme de volonté. L'ancien ministre de l'Intérieur et maire de Lyon, qui avait claqué la porte du gouvernement en octobre 2018, avait, sur la fin de sa vie, pris ses distances avec lui. C'est aussi le cas de plusieurs autres anciens « premiers de cordée » de la macronie qui s'avouent désormais amers, sous le couvert bien sûr de l'anonymat, après l'avoir porté au pinacle et révéré.

« Pour Macron, les gens sont interchangeables »

L'appât du gain, si l'on ose dire, n'explique pas tout, tant s'en faut. Certes, certains de ces déçus n'ont pas obtenu les postes qu'ils convoitaient, mais c'est surtout le sentiment d'avoir été négligé qui transpire de leurs propos. C'est cet historique du mouvement En marche, rebaptisé Renaissance, qui avait t [...] Lire la suite