Publicité

Emmanuel Macron félicitera-t-il Vladimir Poutine pour sa réélection attendue ? Sa réponse est cinglante

Emmanuel Macron félicitera-t-il Vladimir Poutine pour sa réélection attendue ? Sa réponse est cinglante (Photo montage de Vladimir Poutine à gauche et Emmanuel Macron à droite)
ODD ANDERSEN, STEPHANE MAHE / AFP Emmanuel Macron félicitera-t-il Vladimir Poutine pour sa réélection attendue ? Sa réponse est cinglante (Photo montage de Vladimir Poutine à gauche et Emmanuel Macron à droite)

POLITIQUE - Les félicitations ne seront pas de mise pour la victoire attendue sans surprise de Vladimir Poutine à la présidentielle russe. Ce week-end, pendant un scrutin de trois jours, les Russes sont appelés aux urnes pour voter pour leur nouveau président. Mais l’actuel homme fort du Kremlin a pris bien soin d’écarter tous les opposants, comme feu Alexeï Navalny, et de ne laisser que trois adversaires qui lui sont fidèles.

Emmanuel Macron a été interviewé ce samedi 16 mars par Le Parisien dans son Falcon 7X au retour du sommet tripartite avec Olaf Scholz et Donald Tusk. Il est revenu la situation en Ukraine et les cas de figure possibles, notamment en cas d’envoi de troupes sur le terrain. Il a également évoqué, avec un certain piquant, le chef du Kremlin.

Alors que le journaliste lui a demandé s’il compte adresser ses félicitations à son homologue dimanche pour sa victoire qui ne fait pas l’ombre d’un doute, il a répondu : « La mort d’Alexeï Navalny et l’interdiction de tous ses opposants font que l’on ne peut pas féliciter quelqu’un d’une élection ourlée de la mort de ceux qui se sont battus pour le pluralisme en Russie. »

« Ne pas se laisser intimider » par une « puissance moyenne »

Il a toutefois précisé lors d’une interview télévisée diffusée en Ukraine que si jamais Vladimir Poutine devait l’appeler, il le prendrait au téléphone car « c’est sa responsabilité ». « Je n’ai jamais placé la relation sur le plan personnel. C’est la relation d’État à État qui compte », explique Emmanuel Macron au Parisien.

Dénonçant le « discours de la peur » que son homologue entretient, Emmanuel Macron a par ailleurs invité à « ne pas se laisser intimider » car « nous n’avons pas face à nous une grande puissance ». Selon lui, la Russie est une « puissance moyenne dotée de l’arme nucléaire, mais dont le PIB est très inférieur à celui des Européens ».

Dans la même veine, vendredi, le président du Conseil européen Charles Michel a adressé un tweet de félicitations à Vladimir Poutine pour sa réélection… alors que le scrutin venait de s’ouvrir.

Vladimir Poutine, au pouvoir depuis près d’un quart de siècle, va gagner cette élection qui doit lui permettre de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2030. Grâce à une révision constitutionnelle de 2020, il pourra par ailleurs se représenter et rester au pouvoir jusqu’en 2036, l’année de ses 84 ans. « Pas d’opposition. Pas de liberté. Pas de choix », a fustigé Charles Michel.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : François Ruffin s’explique sur son vote contre l’accord de sécurité avec Kiev

Guerre en Ukraine : Macron à Berlin pour rencontrer Olaf Scholz et discuter de l’aide à fournir à Kiev