Publicité

Emissions de CO2 en hausse : maintenir un monde à +1,5°C est "désormais impossible"

Maintenir la hausse des températures mondiales à 1,5°C est désormais impossible, indique le "Global Carbon Project" dans son bilan 2023 des émissions de gaz à effet de serre. Tout va désormais se jouer dans les dix prochaines années, une urgence qui impacte les négociations de la COP28.

Face au mur climatique, l’humanité continue d’accélérer au lieu de se mettre debout sur les freins. C’est l’image qu’utilise Philippe Ciais, climatologue au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (CNRS/CEA/Université Saint-Quentin-en-Yvelines) pour illustrer les résultats 2023 du "Global Carbon Project ", un consortium 92 centres de recherches partout dans le monde dont les données sont centralisées et exploitées par le chercheur Pierre Friedlingstein de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni).

Pour la première fois, les émissions totales de CO2 dépassent les 40 milliards de tonnes

L’article à paraître dans Earth System Science Data le 5 décembre révèle qu’en 2023, les émissions globales de CO2 augmenteront encore de 1,1% par rapport à 2022. La combustion des énergies fossiles va produire 36,8 milliards de tonnes de gaz à effet de serre auxquels il faut ajouter 4,1 milliards de tonnes provenant de la déforestation et du changement d’occupation des sols, c’est-à-dire le défrichement de milieux naturels pour l’agriculture.

Pour la première fois donc, les émissions totales dépassent les 40 milliards de tonnes. La consommation de toutes les énergies fossiles sont à la hausse : le charbon de 1,1% (15,4 milliards de tonnes émises), le pétrole de 1,5% (12,1 milliards de tonnes), le gaz de 0,5% (7,8 milliards de tonnes) et la fabrication de ciment qui apparaît dans ce bilan car très émissif à l’échelle de la planète de 0,8% (1,6 milliard de tonnes).

La Chine et l'Inde continuent de croître quand les Etats-Unis et l'Union européenne baissent

L’examen des zones géographiques fait apparaître la hausse continue des émissions en Chine, même si elle est moins forte. Leur croissance annuelle est aujourd’hui de 4% en moyenne contre 10% dans la première décennie du 21ème siècle, quand la Chine est devenue "l’usine du monde" à partir de l’utilisation du charbon comme source d’énergie.

Le premier émetteur au monde s’est donné comme objectif d’atteindre son pic de consomm[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi