Publicité

Un embryon de rhinocéros blanc donne de l’espoir à toute l’espèce

Un embryon de rhinocéros blanc donne de l’espoir à toute l’espèce
JEFF PACHOUD / AFP Un embryon de rhinocéros blanc donne de l’espoir à toute l’espèce

ANIMAUX - La course pour sauver les rhinocéros blancs du Nord pourrait bientôt toucher à sa fin. D’après le groupe international Biorescue et le gouvernement allemand, l’avenir de ces animaux s’appuie désormais sur un petit embryon de rhinocéros, obtenu par une fécondation in vitro. Sans pouvoir arriver à terme, il a ouvert la porte à la sauvegarde de l’espèce.

La nouvelle est arrivée de Berlin ce mercredi 24 janvier : la FIV est désormais une possibilité bien réelle pour les rhinocéros. Implanté avec succès en septembre dans l’utérus de sa maman, un rhinocéros femelle du Sud, l’embryon avait pu bien se développer et avait une chance de survie de 95 % .

Malheureusement, la mère porteuse est décédée au 70e jour de grossesse à cause d’une bactérie souvent mortelle pour les animaux. Malgré cette fin tragique, les experts pourraient avoir trouvé la solution pour sauver cette espèce, après de nombreux essais infructueux.

Rhinocéros du Sud pour secourir ceux du Nord

Pour les rhinocéros blancs du Nord, considérés une espèce désormais éteinte à l’état sauvage depuis 2008, cette technique représente un dernier espoir. Faute aux braconniers tuant ces animaux pour leurs cornes, aujourd’hui il ne reste que deux femelles encore en vie au Kenya, qui ne sont pas en capacité de porter une grossesse à terme. Côté mâles, le dernier est mort en 2018, ce qui avait alerté la communauté scientifique sur la position critique de l’espèce.

C’est pourquoi le groupe Biorescue s’est tourné vers la fécondation en vitro. Ils ont alors conservé les ovules des femelles et le sperme des spécimens mâles morts pour pouvoir créer des embryons. Ils ont pu en féconder une trentaine, stockés en Allemagne et en Italie.

Le pas le plus important était de réussir à implanter un embryon dans un spécimen. Pour ces essais, ils ont utilisés des embryons de rhinocéros blanc du Sud, bien plus nombreux que ceux du Nord. Après treize échecs, les scientifiques avaient enfin réussi à atteindre cet objectif.

De l’autopsie ressort en effet que la grossesse procédait bien et que l’embryon avait atteint une dimension de 6,5 cm. Les experts espèrent alors pouvoir essayer dans les mois à venir la même technique avec les gamètes de rhinocéros du Nord, qui seront implantés dans un spécimen du Sud. « Nous avons réalisé ensemble quelque chose que l’on croyait impossible », a déclaré Thomas Hildebrandt, le chef du projet lors d’une conférence de presse au zoo Tierpark de Berlin.

À voir également sur Le HuffPost :

Agriculteurs en colère : où sont les blocages ce jeudi 25 janvier à la mi-journée ?

Au Mexique, le périple de la girafe Benito déplacée de zoo en zoo touche à sa fin