"Embouteillage" pour faire un rappel vaccinal : quelles sont les solutions du gouvernement?

·1 min de lecture

Alors que le taux d'incidence s'élève désormais à 307 nouveaux cas par semaine pour 100.000 personnes, la France compte sur la campagne de vaccination contre le Covid-19 pour surmonter la cinquième vague. Depuis jeudi dernier, et l'annonce de l'ouverture à tous de la dose de rappel, les créneaux de vaccination sont pris d'assaut. En quelques jours, la plateforme de prise de rendez-vous en ligne Doctolib a comptabilisé 4,5 millions de réservations. Et pour les utilisateurs le temps d'attente s'allonge : sur les réseaux sociaux, de nombreux Français déplorent de ne pas trouver de créneaux avant janvier, voire février, mars ou avril pour certains lieux. 

Lire aussi - Covid-19 : quel est le vrai niveau de l'alerte avec le nouveau variant Omicron?

Les délais sont serrés. A partir du 15 décembre, les plus de 65 ans devront avoir reçu leur dose de rappel ou auront jusqu'à quatre semaines pour se mettre en règle avant que leur passe sanitaire soit désactivé. Pour les plus de 18 ans, cette règle s'applique également à partir du 15 janvier. Doctolib assure que 111.000 rendez-vous sont disponibles dans la semaine et 310.000 le seront dans les deux semaines à venir. De son côté, le ministre de la Santé a qualifié de "normal" "l'effet embouteillage actuel". 

La solution : rouvrir des centres de vaccination 

Toutes les injections nécessaires pourront avoir lieu d'ici "sept à huit semaines", a voulu rassurer Olivier Véran. Le ministère de la Santé a un objectif de 3 millions de rappels par s...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles