Elon Musk n'aurait pas pu mieux illustrer le "problème d'ego" qu'AOC voulait dénoncer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Un dialogue surréaliste a eu lieu entre AOC et Elon Musk sur Twitter, vendredi 29 avril. (Photo: Getty Images)
Un dialogue surréaliste a eu lieu entre AOC et Elon Musk sur Twitter, vendredi 29 avril. (Photo: Getty Images)

Un dialogue surréaliste a eu lieu entre AOC et Elon Musk sur Twitter, vendredi 29 avril. (Photo: Getty Images)

ÉTATS-UNIS - Si Elon Musk a comme projet de ramener le “maximum de fun” sur Twitter, pas sûr qu’il ait prévu que cela se fasse à ses dépens. Depuis qu’il a racheté le réseau social, le milliardaire ne manque pas une occasion de défendre ses projets pour la plate-forme et sa vision de la liberté d’expression.

Il est toutefois tombé sur un os vendredi 29 avril, ou plutôt sur une utilisatrice renommée du réseau social aux Etats-Unis: l’élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, experte de la repartie en ligne et de la communication sur les réseaux sociaux, avec un compte Twitter qui affiche 12,9 millions d’abonnés.

“Fatiguée de subir le stress collectif d’une potentielle explosion des crimes haineux parce qu’un milliardaire aux problèmes d’ego a le contrôle unilatéral sur une énorme plate-forme de communication et en fait n’importe quoi parce que Tucker Carlson et Peter Thiel l’ont emmené à dîner et qu’il s’est senti spécial”, a posté celle qu’on surnomme “AOC”.

Parmi les références pour comprendre ce message: les “crimes haineux”, qui peuvent concerner les dérives provoquées par des messages haineux ou illégaux postés sur les réseaux sociaux ; Tucker Carlson, un présentateur sur Fox News et une figure de la droite conservatrice américaine ; et Peter Thiel, un milliardaire parmi les fondateurs de Paypal et partisan connu de Donald Trump après avoir dénoncé “la pensée unique” de la Silicon Valley.

“Arrête de me draguer”

Un tweet et une ambiance qui n’ont pas laissé Elon Musk indifférent, alors qu’il est lui aussi une figure de la Silicon Valley d’où il dirige déjà SpaceX et Tesla. Au point où il a répondu au message d’AOC d’une manière ambiguë : “Arrête de me draguer, je suis très timide”.

Sauf que’Alexandria Ocasio-Cortez a tout de suite répondu qu’elle ne parlait pas de lui mais... de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, lui aussi régulièrement empêtré dans les questions de modération des réseaux sociaux.

“Je parlais de Zuckerberg mais ok” a-t-elle écrit à Elon Musk. Car il s’avère que Mark Zuckerberg a en effet dîné avec Peter Thiel (qui était au conseil d’administration Facebook jusqu’à il y a peu), Tucker Carlson mais aussi Donald Trump, lors d’une soirée à la Maison Blanche en 2019.

La formulation du premier message était-elle un pot de miel destiné à piéger Elon Musk, alors que ce dernier utilise très régulièrement son compte Twitter ces temps-ci? On ne le saura jamais, mais AOC a ensuite rapidement supprimé sa réponse évoquant Mark Zuckerberg. Elle a expliqué ensuite à un utilisateur qui lui demandait pourquoi: “J’essaye (quand je le peux) d’éviter de donner aux gens qui ont des problèmes massifs d’égo comme celui-ci de l’attention et des réponses sur Twitter pour lesquelles ils meurent d’envie”.

Cela n’a pas empêché AOC de revenir à la charge samedi 30 avril en repostant ce dialogue surréaliste avec Elon Musk, accompagnée d’un commentaire: ”🤷🏽‍♀️ comme je vous le disais, des problèmes d’ego”.

A voir également sur Le HuffPost: Découvrez “Tesla Bot”, le robot humanoïde d’Elon Musk

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles