Elon Musk licencie la moitié des employés de Twitter et laisse son entreprise en état de choc

David Odisho / AFP

La confusion et la frustration règnent” à Twitter, titre le New York Times, peu après que le réseau social a vu la moitié de ses employés – soit environ 3 700 personnes sur 7 500 – être brutalement licenciés vendredi 4 novembre.

Lorsque la hache s’est abattue […], elle n’est pas tombée en douceur”, remarque le quotidien new-yorkais. La plupart des salariés limogés n’ont ainsi “reçu aucune notification préalable”, et ont seulement constaté, en voulant se connecter à leurs messageries professionnelles, que celles-ci étaient désactivées.

Les coupures étaient si aléatoires que lors d’une réunion de fin de soirée sur les abonnements à Twitter Blue, au moins un employé a été exclu des systèmes (de communication) de l’entreprise pendant l’appel”, a raconté une source interne au New York Times. En Irlande ou en Grande-Bretagne, “certains ont appris qu’ils étaient au chômage au milieu de leur nuit”.

“Un bordel incommensurable”

Simon Balmain, un community manager licencié vendredi, a témoigné auprès de CNN qu’il avait perdu l’accès à ses identifiants environ huit heures avant de recevoir un e-mail, vendredi matin, l’informant officiellement qu’il ne travaillait plus pour Twitter, mais sans “fournir de détail” sur les raisons de son renvoi.

“L’agacement et la frustration sont atténués par la solidarité entre tous les employés, y compris ceux qui sont restés”, précise-t-il à la chaîne info américaine. Et pour ceux qui sont restés, la situation n’est pas nécessairement plus enviable : “pour moi, ça aurait été une punition”, confie un salarié licencié, soulagé d’être parti.

La liste des secteurs les plus touchés par cette vague de licenciements donne le tournis : la sécurité des produits, la politique, la communication, la conservation des tweets, l’intelligence artificielle et l’éthique, la science des données, la recherche, l’apprentissage automatique, le bien social, l’accessibilité et “même certaines équipes d’ingénierie de baseselon le site d’information technologique The Verge. Des coupes si massives que des employés travaillant toujours pour Twitter ont expliqué à The Verge, qu’ils “s’attendaient à ce que l’entreprise ait du mal à maintenir son infrastructure critique à court terme”. Ça va être un “bordel incommensurable”, a commenté une source anonyme.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :