Elle meurt devant son mari parce qu’ils vivent en zone blanche

Une femme meurt parce qu'elle vit en zone blanche- Image d'illustration - Getty Images (Getty Images)

À Hannapes, dans l’Aisne, une femme est morte des suites d’un malaise cardiaque parce que son mari n’a pas pu joindre les secours. Le village se situe en effet dans une zone blanche, il ne reçoit donc ni internet ni réseau téléphonique.

Les zones blanches tuent. Dans l’une d’elles, à Hannapes, dans le département de l’Aisne, une femme est morte parce que son mari n’a pas pu joindre les secours à temps, rapporte le site de RTL. La victime était en effet en train de faire un malaise cardiaque sous les yeux de son époux qui n’a pas pu prévenir les services d’urgence. Depuis le drame, un opérateur a promis d’installer une antenne.

Les faits se déroulent il y a quelques semaines dans la toute petite commune de Hannapes, qui compte tout juste 300 âmes. Ce jour-là, François Carion, un ex-cuisinier de 70 ans, voit que sa femme se sent mal, qu’elle est en train de faire un malaise. Il saisit alors son téléphone portable pour prévenir les pompiers. "J'ai essayé de joindre les secours, mais je n'y suis pas arrivé. J'ai essayé d'appeler plusieurs fois un ami qui est pompier, mais ce n'est pas passé. Ce sont eux qui ont finalement réussi à me joindre", a-t-il raconté à nos confrères. La femme de François succombe malheureusement à son malaise cardiaque.

650 000 personnes en zone blanche

François s’était pourtant habitué à cette zone blanche, où il vit comme 650 000 autres Français. Il raconte qu’il s’était pourtant accoutumé au fait de recevoir ses mails avec trois jours de retard ou à ne pas pouvoir joindre certains services. Mais depuis que son épouse a perdu la vie, les choses sont bien différentes dans son esprit. Comme le maire de Hannapes, il milite désormais pour que cette fracture technologique soit réduite au plus vite.

La mort de son épouse a d’ailleurs fait bouger les choses sur le sujet puisqu’un opérateur a promis l’installation d’une antenne prochainement. Il reste à espérer que ce petit village paisible ne vive pas un autre drame d’ici-là.

Ce contenu peut également vous intéresser