Publicité

Elle met au monde son enfant grâce à l'utérus de sa mère

L’utérus a été transplanté de la mère à sa fille, une intervention chirurgicale qui a duré de longues heures.

Son fils est né le 2 janvier dernier lors d'une césarienne programmée (Getty Images)

Mayra est née avec le syndrome de Rokitansky. À cause de cette maladie congénitale, elle ne possède pas d'utérus. Une grossesse était donc impossible pour elle. Mais, à Barcelone (Espagne), elle a mis au monde un petit garçon. Une naissance rendue possible grâce à la greffe de l'utérus de sa mère.

La jeune mère a contacté la clinique dès qu'elle a appris qu'ils mettaient en place un programme de recherche visant à donner naissance à cinq bébés issus d'utérus transplantés. Elle et sa mère, la donneuse d'utérus, ont indiqué qu'elles voulaient participer à cette nouvelle technique, raconte le média espagnol Radio Catalunya.

Une intervention de 12 heures

"Je pensais : si je meurs, je mourrais heureuse, en faisant ce que je veux ou au moins en essayant. Et ma mère a dit la même chose", se souvient la patiente. Après de nombreux tests, l’utérus a été transplanté de la mère à la fille. Un robot chirurgical a permis d'extraire l'utérus de la mère et de l'implanter chez sa fille, cette intervention chirurgicale a duré près de 12 heures.

À LIRE AUSSI >> Elle tombe enceinte deux fois en trois semaines, les médecins sont sous le choc

Quatre heures ont ensuite été nécessaires pour implanter l'utérus dans le corps de Mayra : "Il arrive un moment où le sang commence à circuler et l'utérus commence à se réchauffer. Il cesse d'être blanc et froid, il devient rose, il est vivant, et c'est très excitant", se souvient le Dr Francisco Carmona, chef du service de gynécologie de la clinique et responsable du programme.

Une césarienne programmée

Avant l'opération, Mayra et son partenaire ont obtenu 6 embryons par fécondation in vitro. Une fois le nouvel utérus transplanté, elle a eu les premières règles de sa vie et l’un des embryons a été implanté avec succès. Elle a ensuite eu une grossesse classique. Son fils est né le 2 janvier dernier lors d'une césarienne programmée.

Comme l'explique le Dr Carmona, l'utérus d'une femme de 50 ans ne vieillit pas au même rythme que la personne : "L'utérus est parfaitement viable. Si vous leur donnez ces hormones utérines, elles auront à nouveau leurs règles et redeviendront parfaitement normales. Nous sommes bien plus préoccupés par le fait que les donneuses soient des fumeuses que par leur âge".

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Les écarts au cours d’une grossesse peuvent être dramatiques"