Publicité

Elargissement des Brics à six nations : ce qu'elles gagnent à travers cette adhésion

L'un des principaux résultats du 15e sommet des Brics, organisé par l'Afrique du Sud, est la décision d'inviter six pays supplémentaires à rejoindre le groupe à partir de janvier 2024. Il s'agit de l'Argentine, de l'Éthiopie, de l'Iran, de l'Arabie saoudite, de l'Égypte et des Émirats arabes unis. Ces six pays avaient posé leur candidature pour devenir membres. L'élargissement portera à 11 le nombre de membres de l'association et renforcera son rôle d'alternative géopolitique aux institutions mondiales dominées par l'Occident.

Les cinq pays membres actuels - Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud - ont fait valoir que leur taille, en termes d'économie et de population, n'était pas représentée dans les institutions mondiales, en particulier la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI).

Les cinq Brics représentent environ 42 % de la population mondiale et plus de 23 % du PIB mondial.

Le groupe élargi représentera 46,5 % de la population mondiale. En utilisant les données du PIB du FMI, on peut en déduire qu'il représentera environ 30 % du PIB mondial.

La nature disparate des six nouveaux membres ne manquera pas de susciter un débat sur la véritable nature des Brics.

Dans ses mots de bienvenue lors du sommet (22-24 août), l'hôte, le président sud-africain Cyril Ramaphosa, a déclaré :

Les Brics incarnent la solidarité et le progrès. Les Brics incarnent l'inclusion et un ordre plus juste et équitable. Les Brics incarnent le développement durable.

Le groupe a été remarquablement cohérent sur ces valeurs et aspirations.

Comprendre la nature des Brics

L'une des premières questions posées sur les Brics est souvent “qu'est-ce que c'est ?”. C'est révélateur. Cette question ne se pose pas, par exemple, à propos de l'Union européenne ou même du G20.

Les Brics ne sont pas une organisation (ils n'ont ni siège, ni secrétariat, ni traité). Mais ils disposent d'une institution formelle qui qui leur appartient conjointement : la Nouvelle banque de développement. La confusion quant à la nature précise des Brics est compréhensible.

À plusieurs reprises, elle s'est appelée forum, plate-forme, mécanisme, partenariat ou partenariat stratégique, pour n'en citer que quelques-uns. D'autres l'ont appelé une alliance ou un bloc. Ce n'est ni l'un ni l'autre.


Lire la suite: South Africa's role as host of the BRICS summit is fraught with dangers. A guide to who is in the group, and why it exists


Dans les relations internationales, les deux termes sont strictement définis. Le terme “alliance” désigne un pacte de défense mutuelle et implique une coopération militaire. Un “bloc” fait référence à une cohérence idéologique (bloc politique) ou à un accord de libre-échange (bloc commercial). Les Brics ne présentent aucune de ces caractéristiques.

Les membres sont également en désaccord sur certaines questions clés. La Chine et la Russie sont indécises (au mieux) sur les aspirations de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud à devenir membres du Conseil de sécurité des Nations unies. Au fil des ans, leurs déclarations ont réitéré la même phrase :

La Chine et la Russie comprennent et soutiennent les aspirations de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud à jouer un rôle plus important au sein des Nations unies.

Cela montre qu'il existe de sérieux désaccords au sein du groupe.

En tant que politologue intéressé par la politique mondiale, j'ai écrit sur les Brics et leur potentiel de changement du statu quo. Avec le recul, je peux affirmer que certains principes l'ont guidé depuis sa création et son premier sommet en 2009. Selon moi, sur le plan matériel, les 15 années de déclarations des sommets mettent en évidence quatre valeurs fondamentales :

  • le développement mutuel

  • le multilatéralisme

  • la réforme de la gouvernance mondiale

  • la solidarité.

L'association affirme vouloir assurer un développement durable pour elle-même et pour le Sud, sauvegarder et faire progresser le multilatéralisme, mettre en place une réforme visant à créer des institutions représentatives et parvenir à la solidarité entre les membres.

Développement économique

L'économie vient en premier dans le groupe. A la base, il s'agit d'un collectif d'économies émergentes désireuses de maintenir et d'améliorer leur trajectoire économique. Leur insistance sur la réforme est, après tout, basée sur la perception de leur sous-représentation disproportionnée dans les institutions financières mondiales.


Lire la suite: China’s Africa strategy is shifting from extraction to investment – driven from the industry-rich Hunan region


La première réalisation notable du groupe, et jusqu'à présent la seule, est la Nouvelle banque de développement, principalement destinée à financer le développement des infrastructures. Il existe également une réserve contingente dans laquelle les membres peuvent puiser en cas d'urgence. Elle est évaluée à 100 milliards de dollars.

Multilatéralisme

La deuxième valeur fait référence à la préoccupation du groupe concernant l'utilisation d'entités extérieures à l'ONU pour poursuivre des objectifs mondiaux. L'utilisation de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) pour envahir l'Afghanistan en 2001 à la suite des attentats du 11 septembre aux États-Unis, et l'invasion de l'Irak en 2003 par les États-Unis et le Royaume-Uni, en contournant le Conseil de sécurité des Nations unies, sont les exemples les plus notables.

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé cette préoccupation dans son discours à la Conférence de Munich sur la sécurité en 2007 :

Le recours à la force ne peut être considéré comme légitime que si la décision est approuvée par l'ONU. Et nous n'avons pas besoin de substituer l'OTAN ou l'UE à l'ONU.

Réforme de la gouvernance mondiale

Troisièmement, les pays du groupe Brics demandent depuis longtemps que les dirigeants des institutions mondiales soient élus de manière transparente et démocratique. Par exemple, le président de la Banque mondiale a toujours été un Américain, et le directeur général du FMI un Européen. La Banque mondiale compte 189 États membres et le FMI 190.

L'idée de la Nouvelle banque de développement n'était pas de remplacer la Banque mondiale mais de “compléter” les institutions financières internationales existantes. Les Brics envisagent toujours une Banque mondiale dont les membres auraient des droits de vote proportionnels à leur poids économique et dont le personnel proviendrait du monde entier de manière géographiquement équilibrée.

Solidarité

Enfin, les membres ont exprimé leur solidarité les uns envers les autres dans un certain nombre de déclarations, à partir de 2010. Cela se résume à l'assistance mutuelle en cas de catastrophe humanitaire, au respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de chacun.


Lire la suite: When two elephants fight: how the global south uses non-alignment to avoid great power rivalries


À la lumière des critiques et des projets de sanctions à l'encontre de la Chine, pour sa prétendue répression de la population musulmane ouïghoure, et de la Russie, pour l'invasion de l'Ukraine, la solidarité est devenue synonyme de silence ou de non-alignement.

Une nouvelle page

Les Brics sont une entité nébuleuse. Cela s'est avéré bénéfique pour les pays membres qui accueillent les sommets des Brics. Ils peuvent fixer l'ordre du jour et l'utiliser selon des objectifs bien définis sans perturber le consensus. Un des schémas communs consiste à utiliser des sommets pour définir des thèmes généraux favorables à la politique intérieure du pays hôte, à son leadership régional ou à sa position en matière de politique étrangère.


Lire la suite: Africa is being courted by China, Russia and the US. Why the continent shouldn't pick sides


Ainsi, par exemple, tous les sommets des Brics accueillis par l'Afrique du Sud ont mis l'accent sur l'Afrique dans leur nom : “Brics et Afrique : Partenariat pour une croissance mutuellement accélérée, un développement durable et un multilatéralisme inclusif” en 2023. Le Brésil et la Russie ont inséré des questions importantes pour leur région et ont souvent invité les dirigeants des pays voisins à des retraites.

Cela montre l'influence dont ils jouissent, puisqu'ils ont la possibilité d'accéder à une association désormais réputée, qui est à la fois bien établie mais qui échappe également à toute définition facile. Avec l'arrivée des six nouveaux membres, le caractère évasif de l'association ne fera que s'accentuer.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite: