Publicité

Avec El Niño, les 5 prochaines années seront sans doute les plus chaudes jamais enregistrées

Par le passé, cet événement climatique naturel qui se produit par cycles, pour une durée de 9 mois à 1 an, tous les deux à sept ans a été responsable de pluies torrentielles dans les régions arides. Dans les prochains mois, un nouvel épisode de ce type pourrait intervenir, prévient l’organisation Météorologique mondiale.

Récemment, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a averti sur la survenue d'un nouveau phénomène El Niño d’ici la fin de l’été 2023. Dans un nouveau bulletin publié le 17 mai 2023, elle affirme que les températures mondiales devraient battre des records ces cinq prochaines années. En cause, les émissions de gaz à effet de serre (GES) dues à l'activité humaine combinées à la survenue d’El Niño.

Le seuil de 1,5°C dépassé temporairement

D’ici à 2027, il est probable à 66% que la température moyenne annuelle dépasse les 1,5°C sur au moins une année, par rapport aux valeurs préindustrielles (1850-1900). Cette période correspond à la période qui précède l’élévation des émissions de gaz à effet de serre induits par l’industrie et l’activité humaine. La probabilité de dépasser ce seuil, qui était quasi nulle en 2015, ne fait qu’augmenter depuis.

"Les données dans ce rapport ne signifient pas que nous dépasserons de manière permanente le seuil de 1,5°C indiqué dans l’Accord de Paris, qui fait référence à un réchauffement à long terme sur de nombreuses années. Toutefois, l’OMM tire la sonnette d’alarme en annonçant que le seuil de 1,5°C sera temporairement franchi, et ce, de plus en plus fréquemment", a déclaré Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM. Adopté en 2015 et entré en vigueur en 2016, l’Accord de Paris, dont 195 pays sont signataires, a pour objectif de maintenir l’augmentation des températures bien en dessous de 2°C et de limiter l’augmentation de la température globale à 1,5°C en dessous des niveaux préindustriels.

Pour y parvenir, une collaboration mondiale et des efforts drastiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (d’au moins 55% par rapport à 1990 à l’horizon 2030) sont nécessaires. Mais sept ans plus tard, les objectifs sont encore loin d’être atteints : depuis la fin du 19e siècle, la température mondiale a augmenté de 1,2°C (0,88°C dans les océans et 1,59°C sur les continents) et ce seuil est déjà à 1.7°C pour la France. A ce r[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi