Publicité

Des effets “clairement nocifs” : l’Espagne s’attaque aux boissons énergisantes

PHOTO PIXABAY

“Il y a ceux qui se lèvent la nuit et font une descente dans le frigo pour satisfaire leur envie. Certains souffrent de migraine s’ils ne consomment pas la dose que leur réclame leur corps. Beaucoup les cachent pour les emporter en cours ou au travail, et accumulent des stocks chez eux, comme si l’apocalypse était proche. D’autres se privent de repas pour ne pas prendre de poids”, énumère El Mundo.

Le quotidien espagnol s’est penché sur “les problèmes que rencontrent des personnes de tout âge et de toute condition, y compris des mineurs, avec les boissons énergisantes”.

Face à ce phénomène d’addiction, notamment chez les adolescents, plusieurs régions autonomes d’Espagne, pays très décentralisé, envisagent d’encadrer la commercialisation des boissons énergisantes.

Pour le moment, la Galice, aux mains des conservateurs du Parti populaire (PP), est allée le plus loin en élaborant un projet de loi visant à interdire dès 2024 la vente de ces breuvages aux moins de 18 ans, comme le révélait le quotidien local Faro de Vigo, le 14 octobre. Le texte, qui doit être voté prochainement au Parlement galicien, limitera également la publicité.

“Trois tasses de café et douze cuillères à soupe de sucre”

Selon une enquête du ministère de la Santé espagnol publiée en 2022, en Espagne, quatre élèves sur dix, âgés de 14 à 18 ans, déclaraient avoir consommé une boisson énergisante “dans les trente derniers jours” avant d’avoir été interrogés. D’après El Mundo, sept autres régions autonomes − Castille-et-León, Valence, Aragón, Baléares, Castille-La Manche, Pays basque et Navarre − envisagent de s’inspirer du projet de loi galicien.

“Dans une canette, il y a trois tasses de café et douze cuillères à soupe de sucre”, signale le quotidien conservateur. Et en prenant en compte la présence de “psychostimulants comme la taurine”, les boissons énergisantes créent un cocktail aux “effets clairement nocifs : troubles du sommeil, irritabilité, insomnie, fatigue, problèmes de concentration, tremblements des mains et même anxiété”, s’alarmait le Faro de Vigo dans un éditorial publié le 22 octobre. “La qualité du sommeil, à son tour, a une relation directe avec l’obésité et les maladies métaboliques comme l’hypertension ou l’hypercholestérolémie”, enchaînait le journal.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :