Publicité

EDITO. Les indispensables de Sciences et Avenir : la mort, ce que la science en dit

Le nouveau numéro des "Indispensables" de Sciences et Avenir est disponible à la vente chez tous les marchands de journaux depuis le 28 septembre 2022.

Si quelque chose paraît immortel depuis que le monde est monde, c’est bien la mort. Et pourtant… elle change. Non pas dans son obscène brutalité, son tranchant implacable. Mais les vivants que nous sommes évoluent, et en même temps les rapports que nous entretenons avec elle. Pendant des siècles, il s’agissait de bien vivre une courte existence pour avoir le droit de jouir de l’éternité. Depuis quelques années, nous sommes sommés, chacun d’entre nous, de répondre à des interrogations inédites : non pas quant à un hypothétique avenir dans un autre monde, mais sur la manière de quitter celui-ci… Voulons-nous, si un jour la souffrance est au-delà du supportable, nous résoudre – personnellement et collectivement – à ce choix tragique qu’est l’euthanasie ? Devons-nous rédiger des directives anticipées pour indiquer ce que nous souhaitons que la médecine fasse, ou non, pour repousser l’heure de notre dernière heure ?

Une espèce qui doit cohabiter avec les autres

Des problèmes plus pratiques exigent de nous de prendre position. En Terriens consciencieux, il nous faut désormais réfléchir au bilan carbone de nos funérailles : inhumation – 833 kg de CO2 – ou crémation, 3,6 fois moins polluante ? En internautes responsables, nous sommes enjoints à rédiger un testament numérique prévoyant le destin des traces que nous semons chaque jour sur les réseaux sociaux. Et en représentants d’une espèce qui doit cohabiter avec les autres, nous devons déclarer si nous souhaitons continuer de tuer des animaux pour les manger…

Mais la mort est aussi, et avant tout, une histoire de liens entre nous, les humains. Devons-nous céder à l’espoir de retrouver les défunts sous forme d’avatars numériques que l’on pourrait toucher, voire embrasser ? Cet ersatz d’immortalité paraît bien frelaté, surtout au regard des inventions d’une richesse inouïe dont font preuve les peuples, tout autour de la terre, dans leurs relations avec leurs disparus : défunts soigneusement apprêtés que l’on promène en Indon[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi