Publicité

Qui est Edgardo Greco, le pizzaiolo suspecté de faire partie de la mafia italienne arrêté à Saint-Étienne?

Egardo Greco, sur une photo partagée par les carabiniers italiens. - Capture d'écran/Carabiniers de Cosenza
Egardo Greco, sur une photo partagée par les carabiniers italiens. - Capture d'écran/Carabiniers de Cosenza

La couverture était presque parfaite. L'Italien Edgardo Greco, connu sous le nom de Paolo Dimitrio en France, a été arrêté ce jeudi à Saint-Etienne, a annoncé Interpol. Fortement suspecté d'être un membre de la mafia calabraise, la 'Ndrangheta, il était en cavale depuis plus de 16 ans.

• Que lui est-il reproché?

Edgardo Greco a été décrit jeudi comme "l'un des pires criminels italiens" par le ministre de l'Intérieur du pays, Matteo Piantedosi. Il était en fuite depuis octobre 2006 et sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité en Italie pour des homicides.

Il avait été condamné "pour les meurtres de Stefano et Giuseppe Bartolomeo, et accusé de tentative de meurtre sur la personne d’Emiliano Mosciaro, dans le cadre d’une "guerre mafieuse" entre les gangs Pino-Sena et Perna-Pranno qui a marqué le début des années 1990", explique Interpol dans un communiqué.

Le 5 janvier 1991, Stefano et Giuseppe Bartolomeo, qui "voulaient une plus grande autonomie et considération dans le milieu des clans de Cosenza" avaient été tués "à coups de barres de fer dans un entrepôt de poissons", expliquent les carabiniers italiens dans un communiqué. "Leurs cadavres ont disparu et n'ont jamais été retrouvés", ajoutent-ils.

Selon cette force de sécurité italienne, l'homme présenté par les autorités comme étant un mafieux faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen depuis 2014.

• Que faisait-il en France?

Edgardo Greco s'est installé en France dès 2006, selon le parquet général de Lyon. Il était devenu le propriétaire et gérant de Caffé Rossini Ristorante, de juin à novembre 2021, qui avait fait l'objet d'un article dans Le Progrès. Il y disait vouloir "créer une cuisine italienne élaborée, uniquement avec du frais et du fait-maison".

Selon des témoignages et documents consultés par l'AFP, il se faisait appeler Paolo Dimitrio et avait été salarié dans plusieurs restaurants italiens de Saint-Etienne.

Comment a-t-il été arrêté?

Il a été arrêté par la police française grâce aux informations des carabiniers italiens, partagées entre les deux pays partenaires grâce au projet I-Can (Coopération Interpol contre la 'Ndrangheta). Selon Le Progrès, le fugitif a été retrouvé grâce à des photos publiées, notamment celle de l'article de 2021.

L'interpellation a eu lieu vers 1h40 du matin, dans une rue de la ville. Edgardo Greco, âgé de 63 ans, a été présenté jeudi après-midi à un magistrat du parquet général de Lyon qui lui a officiellement notifié le mandat d'arrêt émis par les autorités italiennes. Il a exprimé son refus d'être remis à la justice italienne et a été placé en détention, selon le parquet général.

"Grande satisfaction pour cette importante opération menée également grâce aux importantes synergies développées dans le cadre d'un réseau international de coopération entre les forces de police. Les arrestations de dangereux fugitifs se poursuivent", a souligné sur Twitter le ministre italien de l'Intérieur Matteo Piantedosi, en commentant cette arrestation.

Article original publié sur BFMTV.com