Publicité

Ecosse-France: Tuilagi, Le Garrec… pourquoi Galthié n’a pas titularisé les jeunes

Fabien Galthié a seulement opéré deux petites retouches dans la composition du XV de France pour le déplacement en Ecosse, samedi (15h15) lors de la deuxième journée du Tournoi des VI Nations. La claque reçue contre l’Irlande (17-38) vendredi dernier ou les entrées prometteuses des novices Nolann Le Garrec (21 ans) et Posolo Tuilagi (19 ans) ne l’ont pas incité à changer ses plans. S’il a loué leur performance à Marseille, le sélectionneur ne veut pas sortir d’une certaine continuité. Il rappelle aussi les circonstances un peu hâtives de la grande première de Tuilagi, propulsé avec les Bleus après les forfaits d’Emmanuel Mefaou et de Romain Taofifenua puis l’expulsion de Paul Willemse contre le XV du Trèfle.

Les jeunes plutôt dans la rotation

"Posolo Tuilagi, on l'a appelé la veille du match (contre l'Irlande), il était venu s’entraîner avec nous avec les moins de 20 ans ou avec les joueurs supplémentaires", resitue Galthié. "Il n'avait pas du tout participé à l'organisation, au travail spécifique de touches, de mêlées, de jeu. Il avait fait l’opposition, avait un peu touché du doigt le XV de France. Il avait baigné avec nous quelques jours et on l’a appelé la veille du match pour suppléer Romain Taofifenua. Il s’est retrouvé projeté au stade Vélodrome en deuxième mi-temps dans un contexte difficile et seulement préparé à travers seulement deux réunions à l'hôtel et un entraînement de veille de match. Il a fait une très bonne rentrée, nous sommes très heureux."

Le cas de Nolann Le Garrec, entré en jeu à la place de Maxime Lucu, diffère un peu. "Il était préparé pour être un finisseur et a fait une très bonne rentrée", ajoute Galthié. "Il rentre dans notre groupe France depuis deux ans et la tournée au Japon. Il s’approprie petit à petit le poste, le rôle et le niveau international avec grande satisfaction." Mais cela ne suffit pas encore à en faire un titulaire dès sa deuxième sélection.

"Concernant la modification de la composition d’équipe: qui dit intégrer des nouveaux joueurs, dit sortir des joueurs", explique le sélectionneur. "Ça n’a pas été le projet. Notre volonté, c’est le groupe, l’équipe, la solidarité dans les grands moments, comme dans les moments plus difficiles. Nous avons performé en groupe, nous avons perdu en groupe vendredi soir. L'idée que nous avons avec le staff et les leaders est de garder cette ossature et de donner la place à des jeunes dans le coaching ou sur blessure, comme Posolo Tuilagi."

Un joueur loué par William Servat, en charge de la conquête. "On a tous pu voir lors de sa participation à l’entraînement du jeudi (la semaine dernière) les qualités de Posolo Tuilagi", a lancé l’ancien talonneur. "L'intégration d'un jeune joueur aussi rapidement sur une veille de match, n'a pas été le plus facile pour lui mais il a su relever le challenge et rentrer dans ce collectif. Le collectif est très important et pour que les joueurs soient en confiance, il faut leur témoigner de la confiance."

Article original publié sur RMC Sport