Publicité

E407a, E407, E471 : des additifs alimentaires pointés du doigt par une étude épidémiologique

Dans un travail publié cette semaine dans la revue scientifique PLOS Medicine, des épidémiologistes français ont trouvé une association possible entre des additifs de la famille des émulsifiants et le risque de certains cancers. Ces résultats, s'ils restent à confirmer par d'autres études épidémiologiques et expérimentales, suggèrent cependant que la consommation importante d'aliments industriels ne serait pas neutre pour la santé.

L'étude épidémiologique réalisée par des scientifiques français, du laboratoire EREN-CRESS, se fonde sur l'analyse des repas consommés par des volontaires de la cohorte NutriNet-Santé. Quelque 92.000 adultes, ayant un âge moyen de 45 ans, dont la majorité sont des femmes (79%), ont enregistré en ligne tous les aliments et boissons consommés pendant au moins trois jours, avec la possibilité de réactualiser leurs données tous les six mois. Si les participants mangeaient des produits industriels, ils signalaient aussi la marque de l’aliment.

Plus de 7 ans de relevés alimentaires

Cette cohorte a été lancée en 2009 avec un recrutement via un site internet, et des volontaires s'y inscrivent toujours régulièrement. Ainsi, les épidémiologistes disposent, pour un nombre considérable de participants, de plus de 7 ans de relevés alimentaires en moyenne.

Qu’est-ce qu’une cohorte en épidémiologie ?

Une cohorte épidémiologique est constituée d’un groupe de personnes suivies et étudiées sur le long terme, individuellement. On distingue les cohortes de malades et les cohortes de population générale.

Les premières regroupent des sujets suivis pour une même maladie. L'objectif est d'évaluer quels médicaments, quels traitements vont améliorer leur état de santé.
Les secondes sont, au contraire, composées de personnes en bonne santé. Il s'agit alors d'étudier les facteurs qui déclenchent une maladie ou plusieurs, donc plutôt les facteurs de risque, afin d’établir des mesures de prévention. La cohorte NutriNet-Santé appartient à ce second groupe de cohortes et s’intéresse principalement au rôle de l’alimentation dans le développement de maladies.

La plupart des grandes cohortes ont été développées après la Seconde Guerre mondiale et sont des outils majeurs de l’épidémiologie moderne. Parmi celles qui recueillent des données sur l’alimentation des Français, on peut citer la cohorte EPIC, mise en place en 1993, réunissant 520.000 participants âgés de 20 ans dans 10 pays, dont la France[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi