Publicité

Drone américain Reaper : la Russie décore les pilotes qui ont fait chuter de l’aéronef

Les images de vidéosurveillance dévoilées par l’armée américaine montrent qu’un avion de chasse a aspergé de carburant le drone américain Reaper qui s’est ensuite écrasé en mer Noire, mardi 14 mars.
Les images de vidéosurveillance dévoilées par l’armée américaine montrent qu’un avion de chasse a aspergé de carburant le drone américain Reaper qui s’est ensuite écrasé en mer Noire, mardi 14 mars.

INTERNATIONAL - Une pique directement adressée à Washington. La Russie a annoncé ce vendredi 17 mars avoir décoré les pilotes impliqués dans l’incident en mer Noire avec un drone américain. Ce dernier, selon la Maison Blanche, s’est écrasé après avoir été heurté par des chasseurs russes, ce que Moscou dément, malgré les distinctions décernées à ses aviateurs.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, « a présenté des décorations d’État aux pilotes des Su-27, qui ont empêché la violation par un drone américain MQ-9 de la zone de régime temporaire d’utilisation de l’espace aérien », a indiqué son ministère dans un communiqué.

Dans le cadre de son offensive militaire en Ukraine, Moscou avait annoncé unilatéralement des restrictions de vol dans le ciel de la mer Noire, théâtre de très régulières interactions entre des drones et des aéronefs des pays de l’Otan et des forces armées russes.

La Russie dément être responsable de sa chute

L’armée américaine a diffusé jeudi des images de l’interception survenue deux jours plus tôt, au-dessus de la mer Noire. Il est possible d’y voir un chasseur aspergeant de carburant l’aéronef, que l’on aperçoit ensuite avec une pale d’hélice endommagée. L’incident a provoqué une brève escalade des tensions entre Washington et Moscou, entraînant notamment un rare appel entre Sergueï Choïgou et son homologue américain Lloyd Austin.

Tout en reconnaissant que deux chasseurs avaient intercepté le drone, la Russie dit ne pas être responsable de sa chute et assuré que l’une des causes de l’incident était le « renforcement » des activités d’espionnage américaines. Vendredi, le ministère russe la Défense a encore une fois affirmé que les pilotes russes n’ont pas « utilisé leur armement embarqué, ne sont pas entrés en contact avec le drone et sont retournés en toute sécurité à leur base ».

Moscou veut récupérer le drone espion

Moscou affirme que le drone américain s’est abîmé en mer « à la suite de manœuvres brusques » et indique vouloir repêcher l’aéronef pour prouver selon elle l’implication des États-Unis dans les opérations en Ukraine. En réponse, Washington a indiqué avoir pris des mesures de protection des potentielles données sensibles encore présentes dans l’appareil et le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, s’est dit « confiant dans le fait que ce qui avait de la valeur n’en a plus ».

Le ciel de la mer Noire est le théâtre de très régulières interactions entre des drones et des aéronefs des pays de l’Otan et les forces armées russes, en particulier depuis le début de la guerre en Ukraine. Il s’agit toutefois de la première fois depuis le début de l’invasion qu’un pays membre de l’Alliance atlantique reconnaît perdre un équipement opéré par lui-même dans cette région hautement inflammable.

Les États-Unis utilisent les drones Reaper MQ-9 pour de la surveillance, de la collecte de renseignement et des frappes. Plusieurs appareils ont été perdus ces dernières années, dont un abattu par un missile sol-air au-dessus du Yémen en 2019, selon le commandement central américain.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : à Bakhmout, de « violents combats » pour le centre-ville en cours

À cause de la guerre en Ukraine, les importations d’armes ont augmenté de 93 % en un an en Europe