La droite doit "combattre Zemmour de toutes ses forces", plaide Estrosi

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le maire de Nice et ex-LR estime que son ancienne famille politique "a hélas déserté ce combat" contre le polémiste.

Eric "Zemmour ce n'est pas De Gaulle, c'est à peine sa rature": le maire (ex-LR) de Nice Christian Estrosi appelle la droite, dans une tribune au Journal du dimanche, à "combattre de toutes ses forces" le polémiste d'extrême droite.

Face à l'émergence médiatique de "cette version de l'extrême droite corrigée des variations saisonnières", Christian Estrosi estime que "c'eut été à la droite, dont il entend siphonner les électeurs, de mener la riposte". Mais "elle a hélas déserté ce combat", regrette-t-il. 

"Lorsque j'entends Eric Zemmour se réclamer (de De Gaulle) et affirmer qu'il reconstruit le RPR, je ne ris plus. C'est l'indignation qui me submerge", écrit l'édile niçois.

Confusion des droites

Pour l'instant pas candidat à la présidentielle, mais donné par les sondages au coude-à-coude avec Marine Le Pen pour disputer le second tour, "Eric Zemmour prétend que Pétain a sauvé les juifs de France. Honte à lui", poursuit Chistian Estrosi.

"Eric Zemmour plaide pour la confusion des droites et certains, au sein de mon ancienne famille politique, pactisent avec cette folie. Il n'y a pas de continuum entre la droite républicaine et l'extrême droite, il y a une irréversible différence de nature", affirme le fondateur du mouvement "La France audacieuse".

"Il est le partisan d'une nationalité racialisée, rejetant de la communauté nationale quiconque n'aurait pas la peau suffisamment blanche. La droite, si elle avait un tant soit peu de courage, aurait pu et dû rappeler l'attachement des dirigeants du RPR puis de l'UMP au droit du sol", argue le maire de Nice.

"Gaullistes, il ne nous faut pas simplement affirmer que nous n'avons rien à voir avec lui, ni avec ses anathèmes, c'est trop peu", juge celui qui a quitté Les Républicains en mai dernier. "Il faut les combattre de toutes nos forces, au nom du passé, au nom de l'avenir".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Président.e. 2022 - Anne Hidalgo : "En 2017, on nous a dit : "Plus jamais ça", et cinq ans plus tard, deux candidats d’extrême droite. À quand le troisième ?"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles