Publicité

Droit à l’avortement : Kate Cox, la femme dont l’histoire a divisé les États-Unis

Depuis la révocation de l’arrêt Roe v Wade, qui légalisait l’avortement dans tous les États, toutes les Américaines n’ont plus accès à ce droit fondamental, et ce, même si leur vie en dépend. L’histoire de Kate Cox, une habitante du Texas (où l’avortement est devenu illégal en 2022) de 31 ans, en est la triste illustration.

Au début du mois de décembre, Kat Cox, a appris que le fœtus qu’elle portait était atteint de trisomie 18, une anomalie chromosomique qui réduit l’espérance de vie à seulement une semaine et qui peut entraîner de très importantes malformations. Cette grossesse faisait aussi courir d’importants risques à cette mère de deux enfants (hypertension gestationnelle, diabète et de complications dues à l’anesthésie et à la césarienne).

Les médecins ont dès lors recommandé à Kat Cox d’avoir recours à une interruption médicale de grossesse (IMG). Seulement, au Texas, l’avortement est interdit sauf « en cas de danger de mort ou de risque de grave handicap pour la mère » et les médecins qui iraient contre cette interdiction risquent jusqu’à 99 ans de prison, 100 000 $ d’amende et la révocation de leur licence médicale.

Une première décision encourageante

Dans ce contexte, Kate Cox n’a trouvé aucun médecin acceptant de pratiquer son IMG et l’Américaine a été contrainte de déposer une plainte d’urgence dans laquelle elle demandait à un juge de lui permettre de mettre un terme à sa grossesse. Dans une lettre, elle expliquait : « Je dois mettre fin à ma grossesse ma...


Lire la suite sur ParisMatch