Drame dans un bar clandestin en Afrique du Sud : “Ils dansaient, ils sont tombés, ils sont morts”

“Ils sont morts alors qu’ils dansaient. Ils dansaient, ils sont tombés et ils sont morts, littéralement. Certains se sont sentis mal, ils se sont allongés sur le sofa et ils sont morts.”

Les déclarations du ministre de la Police sud-africain, Bheki Cele, cité par News24, au lendemain de la découverte, dimanche 26 juin, des corps inanimés de 21 jeunes dans un bar clandestin d’East London, dans la province du Cap-Oriental, en Afrique du Sud, font froid dans le dos.

Dix-sept victimes, âgées de 13 à 17 ans, ont été retrouvées affalées sur des chaises, des canapés ou sur le sol. Aucune ne présentait de blessure apparente. Quatre autres personnes sont décédées après l’intervention des forces de l’ordre et quatre sont toujours dans un état critique. Selon les premiers résultats des autopsies, les jeunes auraient succombé après avoir inhalé ou ingéré quelque chose. D’après un officiel cité par le Daily Maverick, les médecins s’interrogent notamment sur la bière consommée par les victimes ou les vapeurs de pipes à eau, mais les autorités ignorent encore les causes précises de ces décès.

D’après le site d’investigation, les adolescents participaient à une fête d’anniversaire organisée dans un bar clandestin, samedi 25 juin. “Kuzofiwa” (“Ça va tuer”), promettaient les organisateurs de l’événement en langue xhosa sur les réseaux sociaux. L’expression “préfigurait les événements”, se désole le Daily Maverick. Depuis le drame, des voix s’élèvent pour dénoncer les shebeens, également appelées “tavernes”, ces bars clandestins populaires dans les townships, notamment auprès des jeunes.

Dans son adresse à la presse, le ministre de la Police a blâmé le propriétaire de la taverne, s’interrogeant sur l’absence de sortie de secours. Alors que certains dénoncent l’inaction de la police, accusée de tolérer les bars clandestins, Bheki Cele a rejeté la faute sur les parents, taxés de laxisme :

“Allons, un enfant de 13 ans meurt à 4 heures du matin et vous vous demandez ce que fait la police ? Vraiment ? Un enfant de 13 ans dans un bar clandestin à 4 heures du matin ?”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles