Publicité

"Trop de douleur..." : les confidences déchirantes de Grégoire sur la mort de ses frères

Bestimage
Bestimage

Crédits photo : BestimageGrégoire veut « vivre fort, intensément ». C'est ce que l'artiste de 44 ans chante sur son nouveau single "Vivre", qui donne également son nom à son nouvel album attendu ce 26 janvier. Un disque « sur la résilience » à travers lequel Grégoire fait la paix sur les deux grandes tragédies de sa vie : la mort de ses frères Ludovic et Nicolas, survenue à cinq années d'écart. « J'ai 23 ans. Il est tôt le matin et j'entends le cri de ma maman, mon prénom dans un cri, le cri des choses qui n'arrivent qu'aux autres. Mon frère Ludovic vient de mourir dans un accident de voiture. Mon idole, mon dieu, mon phare, tout s'écroule, tout s'éteint » écrit-il dans une petite biographie accompagnant le disque, levant le voile sur ces souvenirs douloureux : « J'ai 27 ans, ça fait deux semaines qu'on n'a pas de nouvelles de Nicolas. Nicolas, il a toujours voyagé, il a toujours fait plein de choses, il a toujours été secret… mais il a toujours été aussi très triste face au monde, face à la réalité. (...) J'arrive rue des Gravilliers, je monte frapper à sa porte, je frappe, j'appelle, j'ai la clé, j'ouvre... Nicolas il ne supportait plus, il ne pouvait plus, il n'y arrivait plus. Il a décidé de s'en aller Nicolas ».

"On se dit qu'on ne s'en sortira jamais..."


Cette mort accidentelle puis ce suicide, Grégoire en a longtemps gardé des stigmates, des blessures profondes, inguérissables. Jusqu'à ce qu'il décide d'en faire un levier. « Je me suis rendu compte que la vie est courte et qu'il faut en profiter. Quand on perd des proches, on se laisse aller à la tristesse, et c'est logique. Personne ne va vous blâmer. Parfois on est sur des sentiers sinueux, on se dit qu'on ne s'en sortira jamais. Le défi c'est de transformer cette expérience en une chanc...

Cliquez ici pour voir la suite


A lire aussi :

Grégoire plein d'espoir sur "Le monde est à nous"
Grégoire veut "Vivre" pour son grand retour
Grégoire revient sur son départ des Enfoirés