"Une double ségrégation": les lycées généraux et privés accueillent davantage d'élèves favorisés

Salle de classe au lycée (illustration) - AFP
Salle de classe au lycée (illustration) - AFP

La publication par l'Éducation nationale des Indices de position sociale (IPS) des lycées, mesurant la situation sociale des élèves, montre que les établissements généraux et privés accueillent davantage d'élèves favorisés, une "double ségrégation" déplorée par le syndicat SE-Unsa.

Après avoir été contraint mi-octobre à publier les IPS des collèges et écoles élémentaires, à la suite d'une décision de justice, le ministère a rendu publics ce mardi ceux des lycées.

Cet indice mesure la situation sociale des élèves, selon la profession des parents, les pratiques culturelles, etc. Plus l'indice est élevé, plus l'élève évolue dans un contexte favorable aux apprentissages. L'IPS d'un établissement est obtenu en faisant la moyenne de celui de ses élèves.

Les lycées privées en tête

Selon ces données pour l'année scolaire 2020/21, sur les dix premiers lycées en termes d'IPS, seuls deux sont publics: le lycée d'enseignement général franco-allemand de Buc (Yvelines), en tête du classement (avec un IPS de 159), et le lycée général et technologique Blaise-Pascal d'Orsay (Essonne), en 8e position (avec un IPS de 152,6).

Sur les cent premiers, 82 sont privés sous contrat (mêmes programmes que dans le public, professeurs financés par l'Etat).

Seuls deux lycées professionnels se trouvent parmi les cent premiers: le lycée polyvalent privé Notre-Dame à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), classé 32e (IPS de 149,7 en voie générale et de 118,3 en voie pro), et le lycée polyvalent du Grésivaudan à Meylan (Isère) en 76e position (144,6 en voie générale et 118,1 en voie pro).

"Un tri social"

Dans les lycées, "une double ségrégation s'opère: la première concerne le tri social qui caractérise le recrutement des lycées professionnels, et la deuxième confirme le rôle décisif de l'enseignement privé sous contrat dans le séparatisme social en milieu scolaire", déplore le SE-Unsa dans un communiqué.

"Alors que la moyenne générale des IPS de tous les lycées est de 103,9, il apparaît une forte différence de recrutement social entre les lycées généraux et technologiques et les lycées professionnels", poursuit le syndicat.

Par ailleurs, "l'enseignement privé sous contrat se caractérise par son rôle décisif dans l'entre-soi scolaire de la frange la plus favorisée de la population", regrette le SE-Unsa, pour qui "la publication des IPS des lycées donne un éclairage supplémentaire sur le visage aristocratique de notre système éducatif".

.

Article original publié sur BFMTV.com