Publicité

Double meurtre de la scierie des Cévennes: 30 ans requis à l'encontre de Valentin Marcone

Trente années de réclusion criminelle, assorties d'une période de sûreté de 20 ans, ont été requises lundi à l'encontre de Valentin Marcone, jugé pour avoir abattu son patron et un collègue en mai 2021 à la scierie des Plantiers, au cœur des Cévennes.

Dans son réquisitoire devant les assises du Gard, l'avocat général, Bertrand Baboulène, a estimé que la préméditation n'était pas établie et qu'il ne s'agissait donc pas d'assassinats mais seulement de meurtres commis de manière concomitante. Il a aussi estimé que le discernement de Valentin Marcone était "altéré" au moment des faits.

Discernement "altéré"?

Bertrand Baboulène a cependant estimé que le discernement de Valentin Marcone était "altéré" au moment des faits, ce qui réduit à 30 ans de réclusion la peine maximale.

"Je vous demande de prononcer cette peine de 30 ans, qui est à la mesure de la gravité des faits, de la douleur insoutenable" des familles, a-t-il conclu en s'adressant aux jurés qui se retireront pour délibérer après avoir entendu la plaidoirie de la défense prévue en début d'après-midi.

L'avocat général a demandé d'assortir cette peine d'une période de sûreté de 20 ans et d'un suivi psychiatrique obligatoire, d'une interdiction de se rendre dans le Gard et en Lozère ou de posséder des armes.

Il a réclamé également que soit prononcée une peine de "rétention de sûreté", afin que sa dangerosité soit réexaminée par des experts un an avant la date supposée de sa sortie, ce qui pourrait prolonger sa détention d'au moins un an. Le verdict est attendu dans le courant de l'après-midi ou en fin de journée.

Comme il l'a fait depuis le début de son procès, Valentin Marcone est resté impassible à l'écoute du réquisitoire ainsi que lors des plaidoiries des parties civiles plus tôt dans la matinée.

Article original publié sur BFMTV.com