Double agression mortelle à Cholet: l'homme interpellé "a reconnu les faits", selon le parquet

Mélanie Rostagnat avec AFP
·3 min de lecture
 Après une double agression mortelle à Cholet, l'homme interpellé a reconnu les faits - Philippe Huguen
Après une double agression mortelle à Cholet, l'homme interpellé a reconnu les faits - Philippe Huguen

L'homme interpellé samedi, suspecté d'avoir tué deux personnes à Cholet et d'avoir blessé grièvement une femme âgée, a "reconnu les faits", a déclaré le procureur d'Angers, Éric Bouillard. Samedi vers 16h00, dans un quartier périphérique de Cholet, une première agression a causé la mort d'un octogénaire, tandis qu'une autre personne âgée a été hospitalisée.

"Ses jours ne sont plus en danger", mais ses blessures "sont assez impressionnantes et sont la démonstration d'une violence évidente", a précisé le procureur.

Au cours d'une seconde agression dans le même quartier, un homme d'une soixantaine d'années a été tué. Les trois victimes n'ont pas de lien avec le suspect, selon l'enquête. L'homme de 63 ans tué n'habitait pas dans le quartier mais était présent car il envisageait de louer un appartement dans l'immeuble, d'après la même source.

"Guidé par le Dieu catholique"

Le suspect, âgé de 35 ans, a été interpellé chez lui, à Cholet, vers 18h00. Il est déjà connu des services de police pour des délits de droit commun et a été suivi psychiatriquement, a précisé le procureur d'Angers. Le suspect a expliqué avoir été "guidé par Dieu pour agir". Vers 16h00, "il a croisé ces deux personnes âgées, Dieu lui aurait dit qu'il fallait s'en prendre à eux, ce qu'il a fait, et il est rentré chez lui", selon le procureur. Ensuite, "Dieu, le Dieu catholique, lui aurait dit qu'il fallait aussi s'en prendre à un autre, il est descendu et la première personne qu'il a croisé c'est la troisième victime, et le deuxième décédé", a poursuivi Eric Bouillard.

Puis, "il est rentré à son domicile, a nettoyé un peu chez lui, comme il l'avait déjà fait entre les deux agressions, et s'est allongé dans le canapé et a attendu", jusqu'à son interpellation, a ajouté le magistrat. Des traces de sang "importantes", en cours d'analyse dimanche, ont été retrouvées à son appartement.

Au début des investigations, les enquêteurs ont cherché l'arme du crime qui pouvait être un "objet contondant". Mais, selon les déclarations du suspect en garde à vue, il aurait agi à mains nues et avec ses pieds. Un scénario qualifié de "plausible" par le procureur, qui évoque un "déchainement de violence" qui a causé "des blessures multiples sur le visage des victimes".

"Burn out"

Le mis en cause, qui dit avoir travaillé en tant que commercial il y a quelques années à Cholet, a expliqué avoir fait un "burn out".

"Il a fait l'objet d'une hospitalisation sous contrainte pendant un an et en serait sorti l'été dernier", d'après Eric Bouillard.

Les voisins le connaissaient "comme étant quelqu'un d'un peu perturbé", a précisé le procureur. Sa garde à vue doit être prolongé cet après-midi tandis que sa mise en examen pourrait intervenir lundi. Les investigations doivent encore se poursuivre. L'affaire est en cosaisine police judiciaire et sûreté départementale.

Article original publié sur BFMTV.com