Donald Trump y croit toujours

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un an après avoir perdu le pouvoir, il hurle encore à la fraude électorale. Voilà pour le passé. Mais le milliardaire organise surtout des conférences politiques où il critique Biden. Trump veut galvaniser les républicains pour les législatives de 2022… et la présidentielle de 2024. Il a trouvé le slogan : « Sauver l’Amérique ».

Comme à la cour de Versailles, tout le monde se lève et applaudit quand Donald Trump arrive dans le patio de Mar-a-Lago, son palais-club privé de Palm Beach. En cette soirée de Halloween, le samedi 30 octobre, le « roi » est le seul à ne pas être déguisé. Mais en a-t-il besoin ? Plus bronzé que d’habitude, le cheveu encore blondi, Trump a maigri d’au moins 10 kilos ! Ce qui lui vaut les compliments de ses invités, lesquels ont redoublé d’efforts pour assister à ce premier Halloween en sa présence depuis son départ de la Maison-Blanche.

Lire aussi:Enquête sur le "dossier" sur Trump : un analyste arrêté

Une convive arbore fièrement une tenue sur laquelle est inscrit « Trump won ! » (« Trump a gagné ! »), cri de ralliement des partisans de l’ex-président persuadés que l’élection lui a été volée. Une autre a choisi la même robe longue blanche taguée « Tax the rich » (« Taxez les riches ») qu’Alexandria Ocasio-Cortez, représentante de New York et pasionaria de gauche, portait au Met Gala, l’événement mondain de la mode à Manhattan. Sauf qu’elle a remplacé « tax » par « marry ». Épousez les riches… Tordant, non ? Le thème de la soirée, c’est, dixit le carton d’invitation, « S’échapper du pays des merveilles »… Trump a perdu son pays, l’Amérique, mais il s’est replié sur son royaume, Mar-a-Lago. Là, il est dans son élément, au milieu de courtisans qui l’adulent. Il ne va pas bouder son plaisir. Car il en a bien besoin...

Lire aussi: Victoires républicaines en Virginie, revers et inquiétude pour Joe Biden et les démocrates

« Qu’est-ce que je fais de mes journées, maintenant ? » demande-t-il à son entourage le 20 janvier dernier, le jour de l’investiture de Biden – à laquelle il a refusé d’assister. Il est d’humeur exécrable.(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles