Publicité

Donald Trump évite une saisie sur son patrimoine en payant une amende de 175 millions de dollars

Une semaine plus tôt, la pression financière sur le milliardaire avait été atténuée par une cour d’appel de New York, qui a ramené la caution à 175 millions de dollars.
EDUARDO MUNOZ ALVAREZ / AFP Une semaine plus tôt, la pression financière sur le milliardaire avait été atténuée par une cour d’appel de New York, qui a ramené la caution à 175 millions de dollars.

ÉTATS-UNIS - L’équivalent d’une caution. Alors qu’il n’avait que jusqu’à jeudi pour déposer une garantie financière devant la justice américaine, Donald Trump s’est finalement acquitté d’une somme de 175 millions de dollars dès lundi, lui évitant ainsi d’humiliantes saisies judiciaires sur son patrimoine.

Procès de Donald Trump : la justice de New York réduit sa caution à 175 millions de dollars et lui donne dix jours pour la payer

Comme dévoilé par un document judiciaire rendu public ce mardi 2 avril, l’ancien président des États-Unis a pu profiter de cette garantie couverte par une compagnie d’assurances après sa récente condamnation à 454 millions de dollars d’amendes pour fraudes financières.

Une semaine plus tôt, une cour d’appel de New York avait déjà permis au milliardaire de 77 ans de souffler un peu, en allégeant la caution à cette somme de 175 millions de dollars. Une décision que Donald Trump avait assuré qu’il respecterait « très rapidement ».

Condamné au même titre que ses fils Eric et Don Jr. pour fraudes financières au sein de leur empire immobilier Trump Organization, Donald Trump et ses enfants étaient accusés d’avoir gonflé à hauteur de plusieurs milliards de dollars les actifs de leur patrimoine immobilier durant les années 2010 pour se voir octroyer des prêts plus favorables des banques. Parmi ces différents actifs, la fameuse Trump Tower ou l’immeuble du 40 Wall Street à New York.

Candidat face au président sortant pour la course à la Maison Blanche, Donald Trump avait finalement été condamné en février pour cette affaire. Il a depuis fait appel de cette décision.

Prochaine étape : éviter la prison

Si Donald Trump évite les saisies judiciaires pour recouvrer la valeur de l’amende, retirant ainsi une partie de la pression qui pèse sur ses épaules, il est encore loin d’avoir passé tous les obstacles sur la route qui le mène à la présidentielle américaine de novembre.

En effet, quatre affaires pénales barrent encore la route du candidat républicain qui n’a fait qu’une bouchée de la primaire de son parti. Le 15 avril, donc, il comparaîtra devant un tribunal de New York dans une affaire liée à l’ancienne star du porno, Stormy Daniels. Cette fois ce ne sont pas des saisies humiliantes qui guettent l’ex-chef d’État mais une peine de prison, qui serait d’ailleurs inédite pour un candidat à la présidentielle.

Il devra donc s’expliquer sur cette affaire de paiements dissimulés pour éviter des révélations embarrassantes lors de la présidentielle de 2016. Parmi ces paiements, 130 000 dollars auraient été versés pour acheter le silence de l’ancienne star du porno sur une relation présumée que Donald Trump réfute toujours.

L’ancien président doit aussi être jugé dans deux affaires, en Géorgie et devant la justice fédérale à Washington, pour ses tentatives présumées illégales de renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020, et dans une autre affaire de gestion de documents classés confidentiels à son départ de la Maison Blanche en 2021. Mais la tenue de procès dans ces trois affaires avant novembre reste incertaine à cause des nombreux recours déposés par les avocats du milliardaire.

À voir également sur Le HuffPost :

La déclaration de Donald Trump sur les juifs est un « faux stéréotype toxique », dénonce la Maison blanche

Joe Biden se moque de Donald Trump qui vante ses résultats au golf