Publicité

Le dolmen de Menga, prouesse technologique du Néolithique

Au 4e millénaire avant notre ère, les habitants du sud de l’Ibérie ont érigé un dolmen aux dimensions colossales, prouvant qu’ils connaissaient parfaitement la géologie de la région et qu’ils maîtrisaient des techniques de construction à très grande échelle.

Érigé au 4e millénaire avant notre ère, le dolmen de Menga, sur le site d’Antequera, en Espagne, est le plus grand monument en pierre construit au néolithique en Europe. Étudié dès le 19e siècle, il fait l’objet de nouvelles recherches depuis 2010.

Une récente étude publiée par une équipe d’experts espagnols dans Scientific Reports vient compléter cet ensemble en identifiant la carrière probable d’où les pierres ont été extraites et la manière dont elles ont été transportées.

Comme le montre en particulier la réalisation de la plus grande dalle de couverture, qui pèse plus de 150 tonnes, les constructeurs du dolmen avaient non seulement une fine connaissance des caractéristiques des roches de la région, mais ils faisaient aussi preuve d’une remarquable maîtrise technique. Le monument, qui revêt par ailleurs une signification symbolique puisqu’il s’aligne avec le Soleil au solstice d’été, est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2016.

Le dolmen de Menga, prouesse technologique du Néolithique

Le sud de la péninsule ibérique est riche en ressources géologiques (sel, cuivre, et roches comme les ophites, les dolérites et le silex) qui ont joué un rôle majeur dans la création du site de Menga, en particulier pour la fabrication d’outils. Lors de sa construction, entre 3800 et 3600 avant notre ère, les principaux éléments rituels de la région d’Antequera – aujourd’hui une petite ville au sud-ouest de Grenade – existaient déjà.

Selon les chercheurs, les dimensions du dolmen laissent entendre qu’il fut "conçu pour être la plus grande construction de l’époque" : composé de deux rangées de 12 orthostates (grand bloc de pierre vertical), dont une massive dalle de chevet marquant le fond de la chambre, de trois piliers intérieurs – l’existence d’un quatrième pilier manquant est possible –, et de cinq dalles de couverture reposant sur les orthostates et les piliers pour fermer la construction, il s’étend sur presque 25 mètres et pèse en tout plus de 1140 tonnes.

Des re[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi