Publicité

La Ferme des Bertrand : comment survivre en étant agriculteur

Alors que les agriculteurs de France bloquent les autoroutes pour Paris, un documentaire poignant sort en salles le 31 janvier 2024, décrivant trois générations de fermiers en Haute-Savoie. L’attachement à la terre, à l’autonomie alimentaire, à la préservation des paysages et de la biodiversité, tout y est. À la sueur du front.

"Il y a des robots partout, maintenant, alors pourquoi pas pour traire ? Ça va enlever beaucoup de pénibilité au travail." Hélène, qui a œuvré durant un quart de siècle à la pérennité de La Ferme des Bertrand ne paraît pas nostalgique d’une époque qui fut toute sa vie professionnelle. Ainsi démarre le documentaire de Gilles Perret, sorti en salles le 31 janvier 2024. L’un de ses fils, Marc, reprend le travail. "On est là pour un petit moment, déclare-t-il, débroussailleuse à la main, puis ce sera d’autres générations, on n’est pas là pour y abîmer." Transmettre. Au sacrifice de sa vie. Voilà l’un des messages principaux de la famille Bertrand, propriétaire d’une ferme en Haute-Savoie.

Gilles Perret est né juste à côté. Il a joué, enfant, dans la ferme des Bertrand. Hasards de la vie, celle-ci fut filmée quelques minutes en 1972 dans un sujet destiné à la télévision. Gilles avait alors 4 ans. En 1997, il est revenu sur les lieux de son enfance. Durant un an, il filme le quotidien de la ferme, tenue par trois frères célibataires, Joseph, André et Jean. Il a alors 28 ans. Un quart de siècle plus tard, les trois frères passent la main à leur neveu Patrick et à son épouse Hélène. Une femme qui devra s’imposer dans cet univers masculin terriblement rude. Mais à qui la famille doit l’intégrité de l’exploitation agricole jusqu’à aujourd’hui. C’est donc au moment du passage d'Hélène à la retraite, en 2022, que Gilles Perret reprend la caméra. 50 ans après le documentaire TV, 25 ans après le sien.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, La Ferme des Bertrand n’est pas un documentaire sur l’évolution des techniques en milieu rural, même si celle-ci est un sujet omniprésent. "Les jeunes, ils ne veulent rien toucher à la main." Il s’agit plutôt de témoignages d’amoureux de la terre et des bêtes, qui auraient pour la plupart bien aimé faire autre chose de leur vie, mais dont l’attachement au passé familial ne leur a pas laissé d’autre choix. Les trois frères sont fiers de[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi